Gantz voit une « opportunité » avec Netanyahu ; ses ex-alliés : il le regrettera
Rechercher
Analyse

Gantz voit une « opportunité » avec Netanyahu ; ses ex-alliés : il le regrettera

Le président de la Knesset a choisi un accord d'unité et vise à devenir Premier ministre dans 18 mois, dans un pays en pleines montagnes russes où la réalité change de jour en jour

David Horovitz

David est le fondateur et le rédacteur en chef du Times of Israel. Il était auparavant rédacteur en chef du Jerusalem Post et du Jerusalem Report. Il est l’auteur de « Un peu trop près de Dieu : les frissons et la panique d’une vie en Israël » (2000) et « Nature morte avec les poseurs de bombes : Israël à l’ère du terrorisme » (2004).

Benny Gantz photographié à Ramat Gan, le 7 mars 2020. (Ahmad GHARABLI / AFP)
Benny Gantz photographié à Ramat Gan, le 7 mars 2020. (Ahmad GHARABLI / AFP)

« Chaque crise apporte des opportunités », a déclaré le président nouvellement élu de la Knesset, Benny Gantz, à ses collègues députés dans son premier discours à la Chambre jeudi soir, au milieu d’une série de développements politiques extraordinaires, même en ces temps vertigineux et imprévisibles.

La crise à laquelle Gantz faisait référence, a-t-il précisé, était triple : La pandémie de coronavirus qui, selon lui, a laissé « toute l’humanité » choquée et vulnérable. La paralysie de la gouvernance israélienne, qui n’a vu aucune coalition pleinement fonctionnelle émerger de trois élections successives au cours de l’année dernière. Et la menace croissante qui en découle pour la démocratie et la cohésion interne d’Israël, illustrée, selon M. Gantz, par le « crachat au visage » de l’ancien président de la Knesset, Yuli Edelstein, devant la plus haute cour du pays, dont la décision sur l’impératif d’élire un nouveau président a été simplement rejetée par Edelstein mercredi.

Et les opportunités ? Gantz a prononcé un discours en tant que nouveau président de la Knesset, mais, a-t-il dit, il travaille simultanément à la mise en place d’un « gouvernement d’urgence national » pour faire face aux trois crises. « Pendant que nous combattons le coronavirus, nous ferons progresser l’unité », a-t-il promis, « et nous renforcerons la démocratie ».

Cependant, selon les termes de l’accord qui aurait été presque finalisé, ce gouvernement d’urgence verra Benjamin Netanyahu – le leader avec lequel Gantz a juré à maintes reprises de ne jamais s’associer au sein d’un gouvernement – conserver le poste de Premier ministre pendant les 18 prochains mois. Gantz, dit-on, quittera le fauteuil de président dès que l’accord d’unité sera conclu et deviendra le ministre des Affaires étrangères ou de la Défense d’Israël, puis il est censé prendre la relève de Netanyahu au poste de Premier ministre en septembre 2021.

Toujours non signé, le pacte imminent de Gantz avec Netanyahu, l’homme pour lequel il est entré en politique afin de l’évincer, a déjà coûté au leader de Kakhol lavan son alliance avec son partenaire dans cette mission, Yair Lapid. Se dirigeant maintenant vers l’opposition, Lapid aurait dit à ses collègues peu avant le discours de Gantz que son ancien ami et allié « rampait » vers le gouvernement avec Netanyahu, dans un acte que Lapid a décrit comme « inimaginable ». Le soir venu, d’autres sources de Kakhol lavan opposées à la démarche de Gantz s’exclamaient qu’il avait « signé son arrêt de mort politique ».

Et c’est là que réside le pari politique colossal que Gantz semble prendre – le saut de confiance qui déterminera si ce néophyte politique relatif a en fait utilisé une opportunité ou s’il a été subverti, voire dévoré, par l’immensément plus expérimenté Netanyahu.

Le Premier ministre Benjamin Netanyahu à la Knesset le 26 mars 2020. (Knesset)

Dans une interview télévisée samedi soir, après avoir lancé l’un de ses fréquents appels à Gantz depuis l’élection du 2 mars pour qu’il le rejoigne dans une coalition d’unité, Netanyahu, à la demande de son intervieweur, a regardé directement la caméra et a promis que si Gantz signait l’accord qu’il proposait, alors, en septembre 2021, il remettrait effectivement le poste de Premier ministre – « sans ruse et sans tergiversation ».

Lapid, qui a précédemment été ministre des Finances de Netanyahu, et Moshe Yaalon, le ministre de la Défense de longue date de Netanyahu, ne croient pas un instant Netanyahu, et ils ont donc déjà retiré leurs factions respectives Yesh Atid et Telem de l’alliance Kakhol lavan. Gantz, et son collègue, l’ancien chef d’état-major de Tsahal Gabi Ashkenazi, qui devraient devenir soit ministre de la Défense soit ministre des Affaires étrangères dans l’alliance imminente, sont évidemment plus confiants.

Entre-temps, l’opposition la plus difficile à laquelle Netanyahu a dû faire face en une décennie s’est effondrée. Ce sont les membres du bloc de droite/ultra-orthodoxe de Netanyahu, composé de 58 personnes, qui ont donné à Gantz les voix nécessaires pour devenir président de la Knesset et maintenir les pourparlers d’unité sur la bonne voie, et qui se sont dirigés vers Gantz – alors qu’ils traversaient la salle de la Knesset un par un en raison des restrictions liées au virus – pour le féliciter. Des gens comme Lapid et l’autre ennemi de Netanyahu, Avigdor Liberman, n’ont même pas pris la peine de se présenter pour voter contre la manœuvre. Netanyahu a maintenu son bloc uni lors de trois élections, ce qui contraste fortement avec Gantz, qui aurait maintenu dans l’ignorance les dirigeants des partis alliés, dont Liberman (Yisrael Beytenu) et Nitzan Horowitz (Meretz), au sujet de ses plans.

Dans la nouvelle réalité politique surréaliste et radicalement modifiée, le député Likud Yoav Kisch a fait l’éloge de Gantz pour son courage ; la députée Meretz Tamar Zandberg s’est mise à pleurer : « Qu’avez-vous fait, Benny Gantz ?

Le président d’Yisrael Beytenu Avidgor Liberman (au centre) rencontre les dirigeants de Kakhol lavan, Benny Gantz, (2e à gauche), Yair Lapid, (2e à droite), Gabi Ashkenazi (à droite) et Moshe Yaalon (à gauche), le 10 mars 2020. (Autorisation : Elad Malka)

La présence de Gantz dans le fauteuil de président lui donne théoriquement une certaine influence. Il peut, – en théorie -, contrôler l’agenda du Parlement. Il peut donc, en théorie, faire avancer la législation que son alliance, aujourd’hui dissoute, soutenait jusqu’à mercredi et qui visait à disqualifier Netanyahu, un député accusé de corruption, de son poste de Premier ministre. Gantz aurait également pris des mesures pour ancrer dans la loi la « rotation » du Premier ministre dans 18 mois – pour s’assurer que Netanyahu ne le trahisse pas.

Mais il ne peut plus compter sur ses alliés abandonnés pour sauver sa peau si l’accord avec Netanyahu tourne mal. Bien au contraire.

Finalement, alors qu’un journaliste de la Douzième chaîne résumait les faits marquants de jeudi, « Gantz a choisi Netanyahu plutôt que Lapid », et la possibilité de devenir Premier ministre dans 18 mois dans un gouvernement potentiellement stable et largement soutenu, dans l’impasse actuelle. Bien que 61 députés l’aient recommandé comme Premier ministre, et que le président Reuven Rivlin lui ait donné 28 jours pour former une coalition le 16 mars, Gantz n’avait pas de voie réaliste vers un gouvernement dirigé par Kakhol lavan après que l’idée d’une alliance avec la Liste arabe unie s’est révélée irréalisable. Et il a choisi d’éviter des options telles que soutenir de l’extérieur la coalition actuelle de Netanyahu pendant la pandémie, ou placer Israël sur la voie d’une quatrième élection.

Comme l’a dit un autre journaliste de la Douzième chaîne jeudi soir, « Netanyahu peut sabrer le champagne », ajoutant : « comme au foot, à la fin c’est les Allemands qui gagnent, en politique c’est Bibi qui gagne à la fin ».

« Mettre Israël au premier plan »

L’allocution de Gantz depuis le fauteuil de président était pleine de la rhétorique de haut niveau qui caractérise son discours.

Il a parlé d’une nation frappée par le virus – les personnes âgées « assises isolées de leurs proches, craignant pour leur vie », les centaines de milliers de personnes qui ont perdu leur emploi, les jeunes couples qui ne peuvent pas payer leur hypothèque et leur loyer, la nation entière blottie dans leur maison.

Et il a parlé d’un pays divisé politiquement – sa démocratie malmenée, des sommes énormes dépensées pour des élections peu concluantes, une population qui perd confiance en ses dirigeants, un réel danger de guerre civile.

Le public, a-t-il dit à la Knesset, « attend de nous » que nous agissions de manière responsable, que nous prenions soin d’eux, que nous les protégions à la fois de l’infection et de l’anarchie.

Benny Gantz à la Knesset le 26 mars 2020, après avoir été élu président de la Knesset. (Knesset)

Gantz a dit qu’il « faisait passer Israël en premier » en tenant compte de ce qu’il a qualifié d’aspiration publique généralisée à l’unité ; en effet, il semble peu probable qu’il aurait agi comme il l’a fait sans la crise du coronavirus.

Il a juré de ne pas « oublier les promesses » qu’il avait faites aux électeurs qui l’ont soutenu, mais a ensuite souligné l’impératif de compromis. « Ce ne sont pas des jours normaux, et ils nécessitent des décisions atypiques », a-t-il déclaré. « Ce n’est pas le moment pour les rivalités… et le factionnalisme », a-t-il déclaré. « Le moment est venu d’adopter un leadership patriotique, responsable et digne d’un homme d’État ».

Dans son partenariat pour l’unité, Gantz a déclaré qu’il serait en mesure de « faire progresser l’unité, de renforcer la démocratie… de mettre en place les freins et contrepoids [entre les organes du gouvernement] et de supprimer de l’ordre du jour la notion de préjudice causé aux tribunaux et au ministère public ».

« Ensemble, nous sortirons Israël de la crise », a-t-il promis, avec un air de véritable Premier ministre.

Sauf, bien sûr, que Gantz n’est pas Premier ministre. Non, sauf évolution imprévisible, toujours possible, pendant 18 mois.

Voilà ce que nous savons. Le reste, au milieu des montagnes russes des crises et des opportunités, n’est que conjecture.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...