Benny Gantz : « la démocratie a gagné »
Rechercher

Benny Gantz : « la démocratie a gagné »

"Ce n'est pas un jour joyeux, mais un jour important ; Israël passe avant tout", a déclaré le nouveau président de la Knesset

Une photo composite montrant le Premier ministre Benjamin Netanyahu, à gauche, et le chef du parti Kakhol lavan, Benny Gantz, à droite, s'exprimant séparément lors d'une conférence de presse à Jérusalem, le 8 décembre 2019. (Crédit : Yonatan Sindel / Hadas Parush / Flash90)
Une photo composite montrant le Premier ministre Benjamin Netanyahu, à gauche, et le chef du parti Kakhol lavan, Benny Gantz, à droite, s'exprimant séparément lors d'une conférence de presse à Jérusalem, le 8 décembre 2019. (Crédit : Yonatan Sindel / Hadas Parush / Flash90)

Benny Gantz, le rival du Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu, a appelé jeudi à la formation d’un « gouvernement d’urgence et d’union » pour gérer la crise du nouveau coronavirus, aussitôt après son élection à la tête du Parlement.

« J’envisage la mise en place d’un gouvernement d’union nationale et d’urgence (…) », a déclaré dans un discours M. Gantz, élu dans le cadre d’un potentiel accord de partage de pouvoir avec M. Netanyahu. « Nous vivons des circonstances exceptionnelles qui appellent à des décisions exceptionnelles ».

Il a dit avoir été choisi « pour rassembler le peuple et non pour le diviser ».

« Je promets à tous les Israéliens de faire ce qui est juste dans la situation actuelle. La Knesset travaillera pour le peuple et les citoyens – tous », a déclaré Gantz.

Il s’est engagé à protéger le système judiciaire et les droits civils du pays contre toute action anti-démocratique.

« Ne vous y trompez pas, je ne transigerai pas sur des principes pour lesquels plus d’un million de citoyens ont voté », a-t-il déclaré.

Gantz a expliqué que ce n’était pas un jour de joie pour lui, mais « un jour important ». Il a déclaré que la démocratie israélienne « n’est pas négociable ».

Selon Gantz, Israël est dirigé depuis plus d’un an par un gouvernement intérimaire « sans mandat public ». Nous sommes passés par des élections répétées qui ont privé les systèmes de santé, d’éducation et de défense de milliards de shekels.

« Parallèlement à cela, une haine profonde a éclaté, la division étant la plus grande menace existentielle pour Israël. »

Citant son slogan pour les élections de 2019, Gantz a ajouté : « Israël passe avant tout le reste ».

Quant à ses anciens partenaires – Yair Lapid et Moshe Yaalon – qui ont rompu leur alliance Kakhol lavan avec lui à cause de sa décision de se joindre au Premier ministre Benjamin Netanyahu, il a dit espérer continuer à travailler avec eux.

Selon les médias israéliens, le dirigeant de Yesh Atid, Yair Lapid, a déclaré à sa faction que Benny Gantz « a décidé de dissoudre Kakhol lavan pour entrer dans le gouvernement de Bibi ». « C’est inimaginable ».

Meir Cohen de Yesh Atid, qui, il y a quelques heures encore, était largement considéré comme le prochain président de la Knesset, a déclaré à la Douzième chaîne : « Nous ne nous sommes pas opposés à l’unité, certainement pas en pareille heure. Mais nous pensions qu’il fallait avant tout insister sur la démocratie… sur l’intégrité ».

« Tout cela a été brutalement écarté aujourd’hui par ceux qui étaient pressés [de rejoindre le gouvernement]. Il aurait pu en être autrement ».

Gabi Ashkenazi, numéro 2 de Benny Gantz au sein du parti Hossen LeYisrael, a tweeté : « Le pays est en crise nationale, l’une des pires que nous ayons connues. Une crise difficile exige des décisions difficiles ».

Il a ajouté : « Nous ne pouvions pas rester à l’écart dans un moment comme celui-ci. Les citoyens israéliens ont maintenant besoin d’un gouvernement d’urgence ».

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...