Gauche US: Pompeo doit dénoncer la démolition par Israël d’un hameau bédouin
Rechercher

Gauche US: Pompeo doit dénoncer la démolition par Israël d’un hameau bédouin

Quarante députés ont dénoncé une "violation du droit international" rendue possible par le silence de Washington et demandent si du matériel américain a été utilisé pour cela

Jacob Magid est le correspondant pour les questions liées aux implantations pour le Times of Israël

Des bédouines palestiniennes après la destruction de leur campement par l'armée israélienne, à l'est du village de Toubas, en Cisjordanie, le 3 novembre 2020. (Crédit : JAAFAR ASHTIYEH / AFP)
Des bédouines palestiniennes après la destruction de leur campement par l'armée israélienne, à l'est du village de Toubas, en Cisjordanie, le 3 novembre 2020. (Crédit : JAAFAR ASHTIYEH / AFP)

NEW YORK – Quarante élus progressistes de la Chambre des représentants des États-Unis ont signé la semaine dernière une lettre exhortant le secrétaire d’État Mike Pompeo à condamner la démolition israélienne d’un village bédouin illégal en Cisjordanie et demandant à savoir si du matériel d’origine américaine avait été utilisé pour cela.

« Ce seul acte constitue le plus grand déplacement de Palestiniens par Israël en quatre ans – un comportement rendu possible uniquement par le silence continu du gouvernement américain », peut-on lire dans la lettre lancée par le représentant du Wisconsin, Mark Pocan. « C’est un grave problème humanitaire qui exige votre attention immédiate et notre condamnation collective. »

La démolition de Khirbet Humsa, le 3 novembre dernier, a rendu environ 73 Bédouins, dont 41 enfants, sans abri. Selon les critiques, les forces de sécurité israéliennes ont utilisé l’élection présidentielle américaine comme couverture pour mener à bien cette opération alors que l’attention internationale était ailleurs.

La liaison militaire d’Israël avec les Palestiniens (COGAT) a expliqué que l’armée avait détruit des structures érigées illégalement dans une zone de tirs militaires à balles réelles.

Alors que le droit militaire israélien interdit l’expulsion de résidents permanents d’une zone de tir, la Cour suprême a jugé que les résidents de Khirbet Humsa ne répondaient pas à cette norme. Ces derniers ont cependant rejeté la décision de la Cour, en déclarant au Times of Israel qu’ils avaient toujours vécu dans cette zone.

La lettre publiée mardi dernier a été signée par Joaquin Castro, qui est candidat au poste de président de la commission des Affaires étrangères de la Chambre occupé par Eliot Engel, et par les membres du « squad » composé d’Ilhan Omar, Alexandria Ocasio-Cortez, Ayanna Pressley et Rashida Tlaib

En enquêtant sur les équipements utilisés pour la démolition, les membres du Congrès ont fait référence à une lettre de mars à Pompeo signée par 64 députés demandant que l’administration Trump « s’efforce d’empêcher les démolitions illégales de maisons et le transfert forcé de civils partout dans le monde et d’empêcher l’utilisation d’équipements d’origine américaine dans cette pratique destructrice ».

« Il est impératif qu’au cours de vos deux derniers mois de mandat, les violations des droits humains et du droit international continuent d’être rejetées avec force par le gouvernement américain. C’est la seule façon de parvenir à une solution pacifique et globale du conflit israélo-palestinien », ont écrit les députés dans leur dernière lettre.

La représentante américaine Alexandria Ocasio-Cortez s’exprime en tant que représentante, de gauche à droite. Rashida Tlaib, Ilhan Omar et Ayanna Pressley écoutent lors d’une conférence de presse au Capitole à Washington, le 15 juillet 2019. (AP Photo/J. Scott Applewhite)

Pompeo a reçu la lettre un jour avant son arrivée en Israël, où il est devenu le premier secrétaire d’État américain à visiter une implantation israélienne. Là, il a annoncé une nouvelle politique exigeant que les biens produits dans les zones contrôlées par Israël en Cisjordanie et exportés vers les États-Unis soient étiquetés comme « fait en Israël » – un renversement d’une politique américaine qui a duré des décennies et qui faisait la différence entre les deux côtés de la Ligne verte.

La visite et le changement de politique concernant les implantations ont été condamnés par de nombreux signataires de la lettre du Congrès.

Le lobby progressiste pro-Israël J Street a publié un communiqué accueillant cette lettre comme un « signe important que de nombreux membres du Congrès en ont assez de la campagne de déplacement et d’annexion rampante du gouvernement Netanyahu en Cisjordanie – et de l’autorisation du secrétaire Pompeo ».

« Comme la majorité des Juifs américains, ils souhaitent ardemment une administration présidentielle qui rejettera avec force et agira pour empêcher de telles actions, qui sont profondément destructrices pour les intérêts des Palestiniens, des Israéliens et des États-Unis », a déclaré la directrice des affaires gouvernementales du groupe, Debra Shushan.

Aaron Boxerman a contribué à cet article.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...