Gaza : Des cerfs-volants enflammés à l’origine d’incendies en Israël
Rechercher

Gaza : Des cerfs-volants enflammés à l’origine d’incendies en Israël

Les pompiers ont lutté contre des incendies dans la forêt de Beeri et au kibboutz Kfar Azza après que des cerfs-volants transportant des combustibles ont traversé la frontière

La fumée et les flammes montent des champs près du kibboutz Beeri après que les Palestiniens ont envoyé un cerf-volant avec un cocktail Molotov au-dessus de la frontière, le 2 mai 2018 (Capture d'écran : Rafi Bavian)
La fumée et les flammes montent des champs près du kibboutz Beeri après que les Palestiniens ont envoyé un cerf-volant avec un cocktail Molotov au-dessus de la frontière, le 2 mai 2018 (Capture d'écran : Rafi Bavian)

Des cerfs-volants transportant des bombes artisanales envoyés au-delà de la frontière avec Gaza samedi étaient à l’origine de deux feux de broussailles dans le sud d’Israël, les derniers d’une série d’incidents au cours desquels des combustibles envoyés par voie aérienne depuis l’enclave palestinienne sont parvenus à incendier des champs israéliens.

Les pompiers luttaient pour éteindre deux feux séparés dans la forêt de Beeri et au kibboutz Kfar Azza, adjacent à la frontière, selon la chaîne de télévision Hadashot. Aucun blessé ou dégât n’a été signalé.

Ces dernières semaines, les Gazaouis ont lancé des cerfs-volants en Israël auxquels étaient accrochés des cocktails Molotov et des containers de carburant en combustion, mettant le feu à de vastes pans de champs et de récoltes.

Les cerfs-volants inflammables sont une nouvelle tactique employée par les manifestants de Gaza, et s’inscrivent dans la « Marche du Retour », des manifestations organisées à la frontière, qui ont commencé le 30 mars et devraient connaître leur apogée, la semaine prochaine, lors de la relocalisation de l’ambassade américaine à Jérusalem. Ce mouvement de protestation massif est encouragé par le groupe terroriste du Hamas qui a pris le contrôle de Gaza et dont les chefs affirment vouloir effacer la frontière et « libérer toute la Palestine ».

Au cours de la manifestation de vendredi, un cerf-volant de Gaza transportant du matériel inflammable a allumé un feu dans des champs situés à proximité du kibboutz Am, aux abords de la frontière.

Un Palestinien prépare un dispositif incendiaire attaché à un cerf-volant avant de tenter de le lancer à la clôture frontalière avec Israël, au sud de Jabalia, dans la bande de Gaza, le 4 mai 2018 (Crédit : Mohammed Abed/AFP)

Le plus grand incendie allumé par un cerf-volant porteur d’une bombe artisanale a eu lieu mercredi aux abords du Kibboutz Beeri, une communauté israélienne située à environ 7 kilomètres à l’est du camp de réfugiés de Bureij, de Gaza. Il a fallu six heures pour venir à bout du brasier, qui a brûlé des acres de prairies et de champs agricoles dans la zone.

Alors que le nombre d’attaques au cerf-volant atteint dorénavant les 15 par jour, les responsables militaires ont commencé à mettre en oeuvre de nouvelles mesures pour mettre un terme à ces pratiques, notamment des options tirées des réponses apportées par l’armée aux lancements de roquette et autres attentats terroristes.

Des drones militaires, créés pour détruire les cerfs-volants en vol, ont été utilisés avec succès pour la première fois au cours des manifestations de vendredi, a fait savoir Walla. Un responsable de l’armée israélienne a indiqué au site d’informations que les drones ont détruit plus de 40 cerfs-volants en feu au cours du mouvement de protestation frontalier.

Hadashot a fait savoir, la semaine dernière, que l’armée israélienne réfléchissait également à riposter aux cerfs-volants par des frappes aériennes contre des infrastructures du Hamas, comme elle le fait chaque fois qu’une roquette est tirée depuis Gaza vers Israël. Elle réfléchit également à déployer des tireurs isolés sur le terrain pour prendre pour cible ceux qui, à Gaza, lancent les cerfs-volants.

L’un des Palestiniens ayant lancé un cerf-volant en feu vendredi aurait reçu des balles de la part d’un sniper de l’armée, ce qui serait le premier cas de ce genre de représailles.

L’armée israélienne a mis en garde les Gazaouis contre le lancer de cerfs-volants enflammée de l’autre côté de la frontière, disant que l’Etat juif n’accepterait pas « le phénomène de l’incendie ».

Judah Ari Gross a contribué à cet article.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...