Grève des infirmières lundi pour manque de personnel et échec des négociations
Rechercher

Grève des infirmières lundi pour manque de personnel et échec des négociations

Avec 813 infirmières en quarantaine, le syndicat dit que la crise du personnel était déjà grave avant la pandémie ; les travailleurs sociaux poursuivent leurs manifestations

Des infirmières protestent contre leurs conditions de travail aux abords du ministère de la Santé à Jérusalem, le 22 juillet 2019. (Crédit : Yonatan Sindel/Flash90)
Des infirmières protestent contre leurs conditions de travail aux abords du ministère de la Santé à Jérusalem, le 22 juillet 2019. (Crédit : Yonatan Sindel/Flash90)

Après que les discussions avec le Trésor public se sont terminées dimanche sans accord, les infirmières ont décidé de se mettre en grève lundi en raison du manque de personnel qui, selon elles, rend impossible la poursuite de leur travail.

Les dirigeants syndicaux et la directrice générale du ministère des Finances, Keren Terner Eyal, ne sont pas parvenus à se mettre d’accord lors de la réunion de dimanche, ce qui signifie que les infirmières vont faire la grève.

Le ministère de la Santé a déclaré dimanche qu’il y avait 813 infirmières en quarantaine, le site d’information Ynet signalant qu’il n’y avait pas eu d’ajout de personnel supplémentaire alors même que les hôpitaux ouvrent davantage de services pour le coronavirus.

« Nous avons expliqué la situation à la directrice générale du ministère des Finances. Il faut comprendre que la pénurie d’infirmières n’a pas commencé avec le coronavirus [pandémie]. C’est la responsabilité du Trésor public et ils ont eu le temps de résoudre ce problème. Nous nous mettons en grève demain », a déclaré Ilana Cohen, la responsable du syndicat national des infirmières, à la chaîne publique Kan.

Ilana Cohen, présidente de l’Union nationale des infirmières en Israël, arrive pour une réunion au ministère des Finances à Jérusalem, le 7 août 2018. (Hadas Parush/Flash90)

Le Syndicat national des infirmières et infirmiers a déclaré que l’importante charge de travail des infirmières et infirmiers portait atteinte à leur capacité à fournir des soins appropriés à leurs patients.

La semaine dernière, Cohen a écrit au ministre des Finances Israel Katz, disant que « les infirmières sont en train de s’effondrer ».

« Il n’est plus possible [de continuer]. Le système est en panne, point final », a-t-elle déclaré. « Ce dont nous avons besoin en ce moment, c’est de main d’œuvre. »

Elle a ajouté que les patients et les infirmières avaient été « abandonnés » et que le système de santé « s’asséchait ».

Elle s’est plainte que les hôpitaux avaient acheté des respirateurs sans fournir de formation supplémentaire, n’avaient pas augmenté les effectifs à un niveau approprié aux nouvelles circonstances, « et avaient ouvert des salles de coronavirus sans ajouter de personnel ».

Il manquait des centaines, voire un millier d’employés, a déclaré la semaine dernière à Ynet le directeur adjoint du centre médical Sheba, le professeur Arnon Afek. « Il y a une grande pénurie d’infirmières par rapport au nombre de lits que nous exploitons dans les hôpitaux ».

En juillet dernier, les infirmières de tout Israël se sont mises en grève après l’échec des négociations entre le syndicat national des infirmières et le ministère de la Santé. Les infirmières protestaient contre les mauvaises conditions de travail, le nombre élevé de dossiers et la médiocrité des soins.

Des travailleurs sociaux israéliens protestent contre leurs conditions de travail et la violence dont ils sont victimes à Tel Aviv, le 19 juillet 2020. (Avshalom Sassoni/Flash90)

Dimanche également, des milliers de travailleurs sociaux ont manifesté devant les bureaux du gouvernement à Jérusalem, Tel Aviv, Haïfa et Beer Sheva.

Au début de ce mois, le syndicat des travailleurs sociaux a lancé une grève générale après que des négociations répétées avec le gouvernement n’ont pas abouti à un changement de leurs conditions de travail.

En outre, les travailleurs sociaux ont accroché 300 dossiers sur les grilles du bureau du Premier ministre pour illustrer le nombre de cas que chaque travailleur doit traiter.

Des travailleurs sociaux israéliens protestent contre leurs conditions de travail et les violences dont ils sont victimes devant le bureau du Premier ministre à Jérusalem, le 19 juillet 2020. (Yonatan Sindel/Flash90)

« Nous sommes attaqués avec violence et cruauté », a déclaré la chef de l’Union israélienne des travailleurs sociaux, Inbal Hermoni, au début de la grève, sur le site d’information Walla, en déplorant les « salaires honteux » et le « fardeau déraisonnable » de ses collègues.

« Le système tout entier a été négligé, asséché et abandonné », a-t-elle poursuivi, ajoutant que « les fonctionnaires des Finances veulent briser les services sociaux et les fermer » et qu’il n’y avait « pas d’autre choix » que de faire grève.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...