HaBayit HaYehudi critiqué pour une affiche anti-assimilation à Ramle
Rechercher

HaBayit HaYehudi critiqué pour une affiche anti-assimilation à Ramle

La députée Neven Abu Rahmoun va demander au procureur général d'interdire l'affiche électorale qui avertit les Juifs: "Votre fille pourrait être la prochaine" à épouser un musulman

Stuart Winer est journaliste au Times of Israël

Des écoliers chrétiens arabes israéliens jouent au football à l'école Terra Sancta dans la ville mixte judéo-arabe de Ramle, le 26 mai 2015. (AP/Oded Balilty)
Des écoliers chrétiens arabes israéliens jouent au football à l'école Terra Sancta dans la ville mixte judéo-arabe de Ramle, le 26 mai 2015. (AP/Oded Balilty)

Une affiche de la campagne pour les élections municipales, réalisée par le parti sioniste-religieux HaBayit HaYehudi, a suscité la condamnation d’un député arabe de la Knesset en raison de son engagement à combattre l’assimilation interconfessionnelle entres les Juifs et les Musulmans.

L’affiche publicitaire placardée dans la ville judéo-arabe de Ramle, au centre du pays, met en scène une jeune femme portant un hijab noir – le traditionnel voile islamique – sur fond de deux bougies blanches et d’une coupe de vin, objets utilisés pour célébrer le début du Shabbat chez les Juifs.

« Des centaines de cas d’assimilation à Ramle, et tout le monde s’en fout », lit-on sur les affiches.

« Demain, ça pourrait être votre fille. Seul un parti HaBayit HaYehudi fort est capable de garantir le caractère juif de Ramle. »

Il s’agit du dernier cas en date d’une série de manœuvres électorales controversées menées par divers partis en lice pour les élections municipales prévues le 30 octobre prochain.

La question a également fait la Une des journaux récemment suite au mariage de Lucy Aharish, célèbre présentatrice arabe israélienne, et de Tsahi Halevi, acteur juif star de la série télévisée à succès « Fauda ».

La députée de l’opposition Neven Abu Rahmoun, issue de la Liste arabe unie, a déclaré qu’elle demanderait au procureur général d’interdire les affiches de HaBayit HaYehudi dans la ville de Ramle, où environ 20 % de la population est arabe.

« Il semble que pour certains partis, l’incitation à la haine soit le seul moyen de persuasion », a tweeté Rahmoun. « La période des élections municipales est contaminée par cette incitation encouragée par le gouvernement, et à mon grand regret, ce n’est pas surprenant. »

La députée a fait référence à une campagne municipale du Likud dans la région de Tel Aviv qui visait les Arabes, les gauchistes et les demandeurs d’asile africains. Cette campagne a été condamnée par les organisations de défense des droits de l’Homme ainsi que par le maire de Tel Aviv, Ron Huldaï.

HaBayit HaYehudi, écrit-elle, « utilise des messages racistes, l’incitation et la peur pour se présenter aux élections municipales de Ramle, une ville dont plus de 20 % des habitants sont arabes ».

Tag Meir, une organisation militant contre le racisme, a publié un communiqué qui condamne les affiches et a demandé : « Comment réagirions-nous à un message anti-juif diffusé en Pologne ou en Hongrie ? ».

Toujours la semaine dernière, un candidat à la mairie d’Ashdod a publié une vidéo de campagne qui imagine ce qui se passerait si les résidents laïcs ne votaient pas et que les Juifs ultra-orthodoxes prenaient le pouvoir dans la ville. Eli Nacht a insisté sur le fait que la vidéo était purement satirique, mais d’autres l’ont accusé d’incitation à la haine contre la communauté ultra-orthodoxe de la ville.

En août, la section de Jérusalem du parti HaBayit HaYehudi a été largement critiquée après la parution dans la capitale d’affiches mettant en garde contre l’influence des ultra-orthodoxes à la mairie. Les photos de trois candidats à la mairie ont été retouchées, elles les faisaient apparaître avec des vêtements haredi.

Parmi ceux qui ont condamné les affiches comme étant anti-ultra-orthodoxes, il y avait le bureau principal de HaBayit HaYehudi, dirigé par le ministre de l’Éducation Naftali Bennett, un juif orthodoxe.

L’équipe du Times of Israel a contribué à cet article.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...