HaBayit HaYehudi aurait 28 M de shekels de dettes, selon le contrôleur d’État
Rechercher

HaBayit HaYehudi aurait 28 M de shekels de dettes, selon le contrôleur d’État

Yossef Shapira a averti qu'au regard de sa situation financière, "l'existence du parti est en danger"

Yossef Shapira, contrôleur de l'Etat, pendant la présentation d'un rapport de son bureau à la Knesset, le 1er novembre 2016. (Crédit : Yonatan Sindel/Flash90)
Yossef Shapira, contrôleur de l'Etat, pendant la présentation d'un rapport de son bureau à la Knesset, le 1er novembre 2016. (Crédit : Yonatan Sindel/Flash90)

Un rapport, diffusé lundi par le contrôleur d’État, a révélé que le parti HaBayit HaYehudi avait 28 millions de shekels (6,5 millions d’euros) de dettes à la fin de l’année fiscale 2016.

Le rapport, rédigé par Yossef Shapira, a averti qu’au regard de sa situation financière, « l’existence du parti était en danger », et a condamné le parti pro-implantations à une amende de 180 000 shekels (42 000 euros) pour ne pas avoir remboursé des emprunts bancaires et d’autres dettes à hauteur de 560 000 shekels (131 000 euros) datant de plus d’une décennie.

Le rapport a également accusé le parti d’avoir soumis des rapports incomplets concernant ses dépenses.

« HaBayit HaYehudi n’a pas géré ses comptes conformément aux instructions du contrôleur de l’Etat », a avancé Shapira dans son rapport.

Dans une déclaration, le parti a déclaré qu’il étudierait le rapport « en profondeur » et appliquerait ses conclusions. Cependant, le mouvement a déclaré avoir « stabilisé » ses finances au cours des dernières années « concernant les dettes accumulées sur de nombreuses années avant 2013 ».

« Le bureau du contrôleur de l’Etat comprend également que [le parti] a parcouru un long chemin et nous continuerons à travailler vigoureusement concernant diverses questions », a déclaré le parti.

Ce n’était pas la première fois que le contrôleur de l’État, qui surveille les activités de financement des partis politiques d’Israël, imposait de lourdes amendes au parti. En octobre 2016, il a ainsi infligé une amende de 850 000 shekels (200 000 euros) à HaBayit HaYehudi et au Likud, accusant leurs dirigeants d’enfreindre les règles de financement concernant la campagne électorale de 2015.

Le parti HaBayit HaYehudi avait également été frappé d’une amende de 1 million de shekels (235 000 euros) pour d’autres irrégularités dans la gestion de ses comptes, et d’une amende de 380 000 shekels (89 000 euros) en 2014.

Le déficit budgétaire du parti dépassait largement celui de tout autre parti politique. Il est suivi par le Likud, actuellement au pouvoir, avec un déficit de 6 millions de shekels (1,4 million d’euros), et Israel Beytenou à hauteur de 3,5 millions de shekels (816 000 euros). Un autre rapport établissait que sept autres factions de la Knesset avaient 20 millions de shekels de dettes cumulées.

En 2014, le déficit budgétaire d’Israel Beytenou s’élevait à 21 millions de shekels, ce qui avait incité Shapira à avertir que le parti pourrait également être contraint de cesser ses activités.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...