Haley affirme à l’ONU qu’Abbas manque de courage pour faire la paix
Rechercher

Haley affirme à l’ONU qu’Abbas manque de courage pour faire la paix

"Nous n’insisterons pas avec un leadership palestinien qui manque de ce qui est nécessaire pour parvenir à la paix", a affirmé l'envoyée américaine

Nikki Haley, ambassadrice des Etats-Unis auprès des Nations unies, s'entretient avec la presse au siège des Nations unies à New York, le 2 janvier 2018 (Crédit : Drew Angerer / Getty Images / AFP)
Nikki Haley, ambassadrice des Etats-Unis auprès des Nations unies, s'entretient avec la presse au siège des Nations unies à New York, le 2 janvier 2018 (Crédit : Drew Angerer / Getty Images / AFP)

Nikki Haley, ambassadrice des Etats-Unis aux Nations unies, a critiqué Mahmoud Abbas, président de l’Autorité palestinienne, déclarant que son gouvernement soutenu par l’Occident « manquait de ce qui est nécessaire pour parvenir à la paix ».

S’adressant au Conseil de sécurité de l’ONU, Haley a affirmé qu’Abbas n’avait pas le courage de faire des compromis avec Israël.

« Nous n’insisterons pas avec un leadership palestinien qui manque de ce qui est nécessaire pour parvenir à la paix », a affirmé Haley. « Il a rejeté tout rôle américain dans les pourparlers de paix. Il a insulté le président américain. Il a appelé à suspendre la reconnaissance d’Israël. »

« Les discours remplis de haine et la fin des négociations ne nous mènent nulle part », a-t-elle dit, se référant au discours enflammé d’Abbas prononcé la semaine dernière à l’OLP.

« La paix n’arrivera jamais sans des dirigeants qui ont du courage », a-t-elle dit, ajoutant qu’un accord « exigerait un compromis ».

« La vraie paix exige des dirigeants qu’ils soient prêts à aller de l’avant, à reconnaître des vérités difficiles et à faire des compromis », a expliqué Haley. « Les Etats-Unis restent pleinement préparés et désireux de poursuivre le chemin vers la paix. »

Le représentant des Palestiniens à l’ONU Riyad Mansour a estimé devant le Conseil jeudi, que la recherche de la paix avait été, pour M. Abbas, “le travail d’une vie”.

Le rejet de la décision américaine sur Jérusalem n’avait pas pour objectif de “manquer de respect” mais était plutôt “une position ancrée dans le plein respect de la loi, des principes de justice et d’équité” a-t-il avancé.

C’était la première réunion du Conseil de sécurité sur les tensions dans la région après l’adoption par l’Assemblée générale de l’ONU d’une résolution contre la décision de Donald Trump et la menace américaine de geler une partie de l’aide à l’UNRWA, l’agence onusienne qui vient en aide aux réfugiés palestiniens.

Palestinian UN observer Riyad Mansour (photo credit: United Nations Media Center)
Riyad Mansour, ambassadeur palestinien aux Nations unies. (Crédit: United Nations Media Center)
En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...