Hamas : l’homme retrouvé mort en Cisjordanie avait tiré sur des soldats
Rechercher

Hamas : l’homme retrouvé mort en Cisjordanie avait tiré sur des soldats

Le groupe terroriste affirme que Fakhr Qarat, 51 ans, "a répondu à l'appel de Dieu et accompli son devoir", sans assumer clairement la responsabilité de l'attentat du 6 février

Les médecins et les forces de sécurité sur le site d'une fusillade le long de l'autoroute à l'extérieur de l'implantation de Dolev, dans le centre de la Cisjordanie, le 6 février 2020. (Crédit : Hatzalah United)
Les médecins et les forces de sécurité sur le site d'une fusillade le long de l'autoroute à l'extérieur de l'implantation de Dolev, dans le centre de la Cisjordanie, le 6 février 2020. (Crédit : Hatzalah United)

Le Hamas a fait l’éloge d’un Palestinien décédé lundi, qui, selon le groupe terroriste, avait pris pour cible des soldats israéliens au début du mois de février.

Cette déclaration est intervenue quelques heures après que l’armée israélienne a rapporté avoir localisé les restes de l’homme palestinien dans le centre de la Cisjordanie, qui aurait ouvert le feu sur les troupes au début de ce mois.

Le 6 février dernier, un homme armé avait tiré sur des soldats de la brigade Kfir stationnés le long d’une autoroute près de l’intersection Parsa, à l’extérieur de l’implantation de Dolev, au nord-ouest de Ramallah. Au cours de l’incident, une balle a effleuré la tête d’un soldat, le blessant légèrement, selon l’armée.

Les soldats avaient en réponse ouvert le feu sur le tireur et lancé une chasse à l’homme pour le retrouver, qui s’est terminée lundi, avec la découverte du corps, selon l’armée.

Le Hamas a identifié l’homme palestinien décédé comme étant Fakhr Qarat, 51 ans, de Beitunia, une ville adjacente à Ramallah, et l’a qualifié de « martyr de la Palestine ».

« Il a accompli l’appel de Dieu et son devoir après avoir exécuté la fusillade contre les soldats de l’occupation », a commenté le Hamas dans un communiqué publié sur son site web officiel.

Le Hamas n’a pas assumé clairement la responsabilité de la fusillade. Le groupe terroriste a fréquemment félicité les Palestiniens qui commettent des attaques contre les soldats et les civils israéliens.

Dans sa déclaration, le Hamas a ajouté : « Le message de notre martyr qui saigne abondamment pendant plusieurs jours est : assez de la normalisation et de la coordination avec l’occupation. Aujourd’hui, c’est le temps du fusil qui est destiné à résister jusqu’à l’expulsion de l’occupant. »

Des femmes palestiniennes, dont l’une brandit une photo du chef du mouvement Hamas Ismail Haniyeh, participent à un rassemblement de masse marquant le 32e anniversaire de la fondation du Hamas, le 14 décembre 2019, dans la ville de Gaza. (Crédit : AP/Khalil Hamra)

Le Hamas s’en prend depuis longtemps à l’Autorité palestinienne basée à Ramallah pour sa coordination sécuritaire avec Israël et son engagement avec les anciens et actuels responsables du gouvernement israélien et la société civile.

Le corps de l’homme palestinien a été retrouvé dans des buissons dans une vallée du centre de la Cisjordanie, avec un fusil d’assaut M-16 et un pistolet à proximité, a fait savoir l’armée.

Des membres de la famille de Qarat ont indiqué qu’il avait disparu le 6 février et qu’il était père de six enfants et commerçant, selon le site officiel d’information de l’Autorité palestinienne.

Les tensions en Cisjordanie et à Jérusalem se sont aggravées depuis la publication du plan de l’administration américaine visant à résoudre le conflit israélo-palestinien fin janvier.

Les Palestiniens ont rejeté cette initiative, largement considérée comme favorable aux positions du gouvernement israélien. Le président de l’Autorité palestinienne Mahmoud Abbas a qualifié le plan de « gifle du siècle » et promis que le peuple palestinien « l’enverra aux poubelles de l’histoire ».

Entre-temps, le Premier ministre Benjamin Netanyahu a fait part de son soutien au plan, et Jared Kushner, conseiller principal du président américain Donald Trump, a maintenu qu’il représentait « la meilleure opportunité que les Palestiniens aient jamais eue » et déclaré qu’il espérait « qu’ils la saisissent ».

Depuis la publication du plan, l’armée a constaté une augmentation significative de la violence en Cisjordanie, avec des jets de pierres réguliers et une opposition violente aux raids d’arrestation israéliens.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...