Hanin Zoabi interdite de Knesset pour avoir traité les soldats de « meurtriers »
Rechercher

Hanin Zoabi interdite de Knesset pour avoir traité les soldats de « meurtriers »

Le Comité d'éthique de la Knesset déclare la députée arabe coupable d'avoir enfreint les règles de déontologie après une série de commentaires anti-israéliens

La députée de la Liste arabe unie MK Hanin Zoabi assiste à une réunion du comité à la Knesset, le 2 novembre 2015. (Miriam Alster/Flash90)
La députée de la Liste arabe unie MK Hanin Zoabi assiste à une réunion du comité à la Knesset, le 2 novembre 2015. (Miriam Alster/Flash90)

Mercredi, le Comité d’éthique de la Knesset a décrété une interdiction d’une semaine pour la députée Hanin Zoabi après qu’elle a accusé les soldats israéliens d’ « assassiner » les Palestiniens.

La demande d’interdiction a été introduite par le député Likud Oren Hazan, lui-même banni de l’activité parlementaire pendant six mois à la suite d’une série de plaintes pour intimidation d’autres députés.

L’incident a eu lieu alors que Zoabi assistait à une réunion de la commission de l’Éducation, de la culture et des sports de la Knesset le 12 février, à la veille de la première lecture d’un projet de loi qui pourrait interdire aux groupes de gauche de se rendre dans les écoles.

Le projet de loi, qui permet au ministre de l’Education d’interdire aux organisations critiques envers les militaires israéliens d’entrer dans les écoles, a passé sa première lecture à la Knesset le 26 février.

Au cours de la réunion du comité, Zoabi a dit : « Un assassin est quelqu’un qui tue une fois dans sa vie ou qui assassine tous les jours, de sorte que l’armée qui assassine parfois, pas tous les jours… N’avez-vous pas entendu parler de jeunes Palestiniens qui ont été assassinés ? Qui assassine les Palestiniens dans les Territoires occupés ? »

Zoabi a écrit au comité d’éthique qu’elle avait effectivement déclaré que des soldats de Tsahal étaient des « meurtriers » de Palestiniens, que cela faisait partie de son droit à la liberté d’expression et qu’elle serait heureuse de fournir des informations sur « un grand nombre de cas de meurtres de Palestiniens par des soldats ».

Le député du Likud Oren Hazan réagit à un discours prononcé par la députée Hanin Zoabi de la Liste arabe unie à la Knesset le 27 décembre 2017. (Hadas Parush/Flash90)

Après avoir visionné des images vidéo des propos de Zoabi lors de la réunion, le comité d’éthique a décidé que l’utilisation du mot « meurtriers » pour les soldats agissant au nom de l’Etat ne pouvait pas être défendue dans le cadre de la liberté d’expression politique des membres de la Knesset, et qu’elle contrevenait donc aux règles déontologiques de la Knesset.

La décision d’interdire la députée pendant une semaine, au début de la session d’été de la Knesset, a été prise en partie parce que ce n’était pas la première fois que Zoabi était reconnue coupable d’avoir enfreint les règles d’éthique de la Chambre.

En juillet 2014, le comité l’a interdite pendant six mois après qu’elle a déclaré que les assassins de trois adolescents israéliens n’étaient pas des terroristes. La Cour suprême avait rejeté son appel pour annuler la suspension.

Cette interdiction s’applique à tous les débats en commission et en plénière, mais n’empêchera pas Zoabi de voter.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...