Rechercher

Hausse de 31 % de l’immigration juive en Israël en 2021 jusqu’à présent

Les immigrants venant de Russie ont été moins nombreux mais les nouveaux arrivants de nombreux pays, notamment des États-Unis ou de la France, ont augmenté malgré la pandémie

Des immigrants éthiopiens arrivent en Israël dans le cadre de l'opération Tzur Israël, le 11 mars 2021. (Crédit : Olivier Fitoussi/Flash90)
Des immigrants éthiopiens arrivent en Israël dans le cadre de l'opération Tzur Israël, le 11 mars 2021. (Crédit : Olivier Fitoussi/Flash90)

L’immigration juive en Israël a augmenté de 31 % en 2021 jusqu’à aujourd’hui, selon des données diffusées dimanche par le ministère de l’Immigration et par l’Agence juive à la veille de la journée nationale célébrant les personnes ayant fait leur alyah, qui aura lieu mardi.

Selon ces chiffres, le plus grand nombre d’immigrants juifs, cette année, est venu de la Russie (5 075 personnes) malgré une baisse de 5 % du nombre de nouveaux arrivants en provenance de ce pays depuis l’année dernière.

Il y a eu 3 104 nouveaux immigrants des États-Unis cette année, une augmentation de 41 % par rapport aux neuf premiers mois de l’année 2020.

De plus, 2 819 nouveaux arrivants se sont installés au sein de l’État juif depuis la France (une hausse de 55 %), 2 123 depuis l’Ukraine (une augmentation de 4 %), 780 depuis la Biélorussie (une augmentation de 69 %), 366 depuis l’Argentine (une augmentation de 46 %), 490 du Royaume-Uni (une hausse de 20 %), 438 du Brésil (une augmentation de 4 %) et 373 d’Afrique du sud (une hausse de 56 %).

1 589 Juifs éthiopiens se sont installés en Israël grâce à l’opération Tzur Israel, une initiative gouvernementale visant à faire venir dans le pays la communauté juive d’Éthiopie.

Selon les données, plus de la moitié des personnes ayant fait leur alyah cette année ont moins de 35 ans : 23,4 % ont entre zéro et 17 ans et 33,4 % ont entre 18 et 35 ans. De plus, 16,3 % sont âgés de 36 à 50 ans, 13 % ont entre 51 et 64 ans et 13,9 % ont plus de 65 ans.

Une arrivée de Juifs français qui ont fait leur alyah, à l’aéroport international Ben-Gurion, le 10 juillet 2017. (Crédit : Nati Shohat/Flash90)

Selon le ministère, 2 184 nouveaux immigrants se sont installés à Jérusalem, 2 122 à Tel Aviv, 2 031 à Netanya, 1 410 à Haïfa et 744 à Ashdod.

La ministre de l’Immigration Pnina Tamano-Shata a salué ces chiffres, soulignant les contributions apportées par les immigrants juifs à la société israélienne.

« J’ai le plaisir de lancer la semaine de l’alyah pour l’année 2021, semaine où nous saluons les Olim pour leur contribution apportée à l’État d’Israël. J’ai fait en sorte au sein du gouvernement de garantir que l’alyah ne s’arrêterait pas un seul instant – également pendant la pandémie de COVID-19 et pendant les confinements – parce que l’alyah est la réalisation du rêve sioniste », a-t-elle déclaré dans un communiqué en anglais, utilisant les mots en hébreu servant à désigner l’immigration et les immigrants juifs en Israël.

Sur cette photo de l’Agence juive, la ministre de l’Immigration Pnina Tamano-Shata (à gauche) et le président de l’Agence juive Isaac Herzog (au centre) accueillent 119 nouveaux immigrants d’Éthiopie à l’aéroport Ben Gourion, le 21 mai 2020. (Crédit : Shlomi Amsalem) 

« Je suis heureuse de voir la forte augmentation du nombre d’Olim qui ont décidé de faire leur alyah depuis le début de l’année », a-t-elle ajouté.

L’année dernière, le taux de l’alyah avait chuté de presque 40 % en raison de la pandémie de coronavirus. Environ 21 200 Juifs ont immigré en Israël en 2020, contre environ 33 500 l’année précédente, ce qui constituait une baisse de 36,7 %.

L’AFP a contribué à cet article.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...