Hausse des cas de COVID : La baisse est peut être finie – groupe de travail
Rechercher

Hausse des cas de COVID : La baisse est peut être finie – groupe de travail

Le taux de positivité atteint les 3,1% avec 649 nouveaux cas enregistrés dimanche ; le gouvernement va examiner la question du port du masque pour les CP et CE1

Un employé du Magen David Adom emmène un patient à l'unité de coronavirus à l'hôpital  Hadassah Ein Kerem de Jérusalem, le 1er novembre 2020. (Crédit :  Yonatan Sindel/Flash90)
Un employé du Magen David Adom emmène un patient à l'unité de coronavirus à l'hôpital Hadassah Ein Kerem de Jérusalem, le 1er novembre 2020. (Crédit : Yonatan Sindel/Flash90)

Un groupe de travail militaire a averti, lundi, que la hausse du taux de positivé des résultats aux tests de dépistage du coronavirus pouvait indiquer que la tendance à la baisse des infections s’était arrêtée.

Israël avait nettement fait baisser, grâce à un confinement national, le taux d’infection quotidien à la COVID-19 en passant de 8 000 nouveaux cas, à la mi-septembre, à quelques centaines fin octobre. Le pays a commencé, petit à petit, à se rouvrir il y a deux semaines.

Selon des données qui ont été transmises lundi par le ministère de la Santé, le taux de positivité des tests est passé d’environ 2 % pendant une grande partie de la semaine dernière à 2,9 % samedi et à 3,1 % dimanche.

« Ce qui indique probablement un ralentissement menant à un arrêt total dans la baisse de la morbidité », a averti le groupe de travail, qui a aussi remarqué qu’il y avait une diminution du nombre de décès et de malades dans un état grave par rapport à la semaine dernière.

Ce taux de positivité a été déterminé à partir d’un nombre réduit de tests de dépistage – il y en a eu moins de 8 000 samedi, ce qui est habituel le week-end qui est toujours marqué par un déclin du nombre de tests de dépistage effectués, et il y en a eu 21 115 dimanche, après des jours où jusqu’à 40 000 échantillons ont pu être quotidiennement examinés.

Un employé d’une équipe de Shaare Zedek, en habit de protection, fait un test de dépistage au coronavirus aux abords de l’unité COVID-19 à Jérusalem, le 12 octobre 2020. (Crédit : Nati Shohat/Flash90)

Les chiffres du ministère de la Santé ont indiqué, lundi, qu’il y avait 649 nouveaux cas de coronavirus qui avaient été enregistrés dimanche et qu’une personne était morte des suites de la maladie dans la nuit de dimanche à lundi. 2 554 personnes sont décédées d’une forme grave de la COVID-19 au sein de l’Etat juif depuis l’apparition de la pandémie.

Le nombre total de cas, depuis l’apparition du coronavirus en Israël, est de 315 131.

Le nombre de cas actifs est de 9 800. 372 personnes sont dans un état grave et 170 ont été placées sous respirateur. 105 sont dans un état modéré. Les autres présentent une forme légère, voire asymptomatique du virus.

Ces chiffres ont été rendus publics alors que les ministères de la Santé et de l’Education ont fait savoir, dans un communiqué conjoint, qu’ils réexaminaient la question du port du masque obligatoire à l’école, et notamment en classe, pour les élèves de CP et de CE1.

Des élèves de l’école Orot Etzion au sein de l’implantation d’Efrat en Cisjordanie, le 1er novembre 2020. (Crédit : Gershon Elinson/Flash90)

Le port du masque, pour les plus jeunes élèves, n’était pas auparavant une obligation à l’école. Les ministères ont expliqué qu’ils établiraient un groupe de travail conjoint pour se pencher sur le sujet, suite à un certain nombre de demandes soumises par les parents et par les enseignants.

Les classes allant du CP au CM1, les lieux de culte, les salons de beauté et les gîtes ont rouvert leurs portes, dimanche, alors qu’Israël continue à lever les restrictions induites par le coronavirus, conformément à un plan graduel de sortie du deuxième confinement national. Les crèches, jardins d’enfants et les garderies avaient repris leurs activités en date du 18 octobre.

Dans la matinée de dimanche, le cabinet a approuvé de nouvelles directives qui augmentent les amendes distribuées aux citoyens qui enfreignent les restrictions. Toutefois, suite aux pressions exercées par les parties ultra-orthodoxes, la discussion sur le sujet aura lieu lundi, dans le cadre de la rencontre du cabinet dit « du coronavirus », avant d’être présentée devant la Knesset pour adoption finale.

Après plus d’un mois de confinement national, le gouvernement peine à s’accorder sur la manière de lever les restrictions, avec des pressions exercées par certains ministres qui voudraient un allègement rapide des limitations et qui rencontrent en cela l’opposition d’autres membres du cabinet, parmi eux le Premier ministre, qui, pour leur part, appellent à la prudence.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...