Haute-Loire : Le piano qui attend d’être restitué à ses propriétaires juifs
Rechercher

Haute-Loire : Le piano qui attend d’être restitué à ses propriétaires juifs

L’instrument a été offert par une famille juive cachée pendant l’Occupation à ses bienfaiteurs de Brives-Charensac

Le piano que Mylène Bernhardt attend de restituer à ses propriétaires. (Crédit : Facebook / Mylène Bernhardt)
Le piano que Mylène Bernhardt attend de restituer à ses propriétaires. (Crédit : Facebook / Mylène Bernhardt)

« Bonjour, je lance cette bouteille à la mer dans l’espoir de retrouver la famille juive que ma famille a cachée durant la Seconde Guerre Mondiale entre 1942 et 1944 », écrivait Mylène Bernhardt, une jeune femme de 34 ans résidente de Brives-Charensac, en Haute-Loire, sur Facebook le 18 août dernier.

Alors qu’elle vidait sa maison, elle s’est intéressée à un piano ancien qui s’y trouvait. L’instrument a été offert à ses arrière-grands-parents pendant la Seconde Guerre mondiale, par la famille Pinguet, des Juifs qui avaient trouvé refuge dans la cave de la famille de Mylène Bernhardt – et qui ont recouvré la liberté à la fin de la guerre.

Elle souhaite aujourd’hui retrouver la famille et ses descendants pour leur restituer le piano, avant d’envisager de le « confier à quiconque voudrait lui donner une seconde vie ».

« Peut-être souhaiteraient-ils le récupérer ? Ma grand-mère avait alors
9 ans à ce moment-là et ne se souvient pas de tout, c’est pourquoi je compte sur vous », a-t-elle écrit sur son mur.

« En 1942, une famille du nom de Pinguet quitta Paris craignant les rafles », narre-t-elle. « La famille Pinguet loua un emplacement dans un wagon pour y entreposer ses affaires dont un piano droit. Le train est arrivé en Haute-Loire. Mes arrière-grands-parents Marie et René Bonnet qui vivaient à proximité du chemin de fer, ont emmené la famille se réfugier dans la cave de leur maison à Brives-Charensac. Et puis vers 1944, les Pinguet durent continuer leur fuite à travers les routes françaises. En guise de remerciement, celle-ci a offert le piano à mes arrière-grands-parents. Cet instrument centenaire est témoin de l’histoire. Il a vécu notamment la crue du 21 septembre 1980 à Brives-Charensac. Il fut sauvé in-extremis. »

Le 21 août, après de nombreux partages de son post initial, elle écrivait : « Nous avons appris aujourd’hui que la famille, après avoir quitté Brives-Charensac, aurait transité par le Chambon-sur-Lignon. Nous avons quelques pistes mais rien de concret pour le moment. Nous avons exploré le piano sous toutes ses coutures et aucune archive , aucun signe ni même un numéro de série… »

BOUTEILLE A LA MER Bonjour, je lance cette bouteille à la mer dans l'espoir de retrouver la famille juive que ma…

Posted by Mylene Bernhardt on Wednesday, August 18, 2021

Elle a également annoncé le concours de Yad Vashem et du Mémorial de la Shoah pour l’aider dans les recherches.

« Puisqu’il est fort probable qu’ils utilisaient un nom d’emprunt, cela prend plus de temps. Mais nous avançons pas à pas. Nous explorons également la piste du piano et de son identification. L’association Musique et Spoliations va faire son maximum pour trouver des informations qui pourraient peut-être nous amener jusqu’à la famille », a-t-elle précisé.

Depuis ces derniers jours, Mylène Bernhardt analyse le piano à la lampe UV, en espérant qu’il pourra révéler quelques secrets qui pourraient la mettre sur la piste de ses propriétaires juifs.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...