Israël en guerre - Jour 257

Rechercher

Heurts entre fidèles juifs et palestiniens à Jérusalem après la Marche des drapeaux

Deux jeunes de 20 ans et un policier blessés par des jets de pierres, alors que la police tente de disperser la foule ; 8 arrestations au cours de la nuit dans la capitale

Des policiers arrêtent un jeune Israélien après que son groupe a scandé des slogans à l'entrée de l'enceinte de la mosquée Al Aqsa lors de la Marche annuelle des drapeaux dans la Vieille Ville de Jérusalem, le 18 mai 2023. Illustration : (Crédit : Maya Alleruzzo/AP)
Des policiers arrêtent un jeune Israélien après que son groupe a scandé des slogans à l'entrée de l'enceinte de la mosquée Al Aqsa lors de la Marche annuelle des drapeaux dans la Vieille Ville de Jérusalem, le 18 mai 2023. Illustration : (Crédit : Maya Alleruzzo/AP)

Des affrontements entre fidèles juifs et Palestiniens ont éclaté à travers la Vieille Ville de Jérusalem vendredi, au lendemain de la Marche des drapeaux annuelle controversée à travers le quartier musulman une fois de plus, entachée de violences et de racisme à l’égard des Palestiniens.

Les émeutiers de la Porte des Lions se sont jetés des pierres et d’autres objets, tandis que la police s’est interposée entre les groupes et a utilisé des méthodes de dispersion des émeutes pour chasser  la foule, a indiqué la police. Les violences ont eu lieu alors que les Israéliens célébraient Yom Yerushalayim, qui marque la réunification de Jérusalem-Est et de Jérusalem-Ouest pendant la guerre des Six Jours de 1967.

Au cours des violences, deux jeunes de 20 ans, qui sembleraient être Juifs, ont été légèrement blessés à la tête et transportés à l’hôpital Shaare Zedek pour y être soignés, selon les services de secours du Magen David Adom.

Un policier a également été blessé et a nécessité des soins médicaux.

Huit suspects ont été arrêtés dans la nuit de jeudi à vendredi lors d’incidents violents survenus à Jérusalem.

La Police des frontières a été déployée pour disperser des émeutiers juifs et arabes qui se jetaient des pierres les uns sur les autres et sur des véhicules dans le quartier de Jérusalem-Est, causant des dommages aux voitures, selon un communiqué de la police.

La police a déclaré avoir arrêté deux résidents de Jérusalem-Est et trois habitants d’implantations de Cisjordanie pour les interroger sur les perturbations.

Lors d’un autre incident, deux suspects ont été arrêtés pour avoir pulvérisé du gaz poivré sur des civils et des soldats à l’extérieur de la Vieille Ville de Jérusalem. Aucun blessé n’a été signalé à la suite de ces attaques.

Toujours près de la Vieille Ville, un suspect de 25 ans originaire de la ville côtière d’Ashdod a été arrêté pour avoir aspergé deux civils de gaz poivré. Ces derniers ont été légèrement blessés et ont reçu des soins médicaux.

Les troubles de vendredi et jeudi ont eu lieu après l’annuelle Marche des drapeaux jusqu’au mur Occidental, qui est censée célébrer la réunification de Jérusalem. Cette manifestation a gagné en notoriété au fil des ans, car elle est souvent accompagnée de discours haineux et de violences de la part de participants juifs d’extrême droite à l’encontre des Palestiniens et de leurs biens.

Cette année encore, la manifestation a donné lieu à des chants racistes et à des échauffourées avec des résidents palestiniens, alors que les participants, pour la plupart des adolescents nationalistes religieux, traversaient le quartier musulman de la Vieille Ville.

La police a déclaré avoir arrêté 10 personnes avant même le début officiel du rassemblement de jeudi à 16 heures, et parmi eux, plusieurs militants de gauche qui avaient temporairement bloqué une autoroute de Cisjordanie à l’extérieur de Jérusalem dans le but d’empêcher les résidents d’implantations d’assister à la marche. Plusieurs autres personnes ont été arrêtées pour avoir provoqué des Palestiniens, selon la police.

Malgré plusieurs dizaines de cas de violence et de harcèlement de la part de participants juifs, ainsi que les menaces proférées avant la marche par des groupes terroristes de Gaza, le rassemblement s’est achevé sans incident majeur. Il y a deux ans, le Hamas avait tiré un barrage de roquettes sur Jérusalem pour coïncider avec la marche, ce qui avait entraîné une guerre de 11 jours entre Israël et Gaza.

L’équipe du Times of Israël a contribué à cet article.

En savoir plus sur :
S'inscrire ou se connecter
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
Se connecter avec
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation
S'inscrire pour continuer
Se connecter avec
Se connecter pour continuer
S'inscrire ou se connecter
Se connecter avec
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un email à gal@rgbmedia.org.
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.
image
Inscrivez-vous gratuitement
et continuez votre lecture
L'inscription vous permet également de commenter les articles et nous aide à améliorer votre expérience. Cela ne prend que quelques secondes.
Déjà inscrit ? Entrez votre email pour vous connecter.
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
SE CONNECTER AVEC
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation. Une fois inscrit, vous recevrez gratuitement notre Une du Jour.
Register to continue
SE CONNECTER AVEC
Log in to continue
Connectez-vous ou inscrivez-vous
SE CONNECTER AVEC
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un e-mail à .
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.