Hollande salue en Shimon Peres un des « plus ardents défenseurs de la paix »
Rechercher

Hollande salue en Shimon Peres un des « plus ardents défenseurs de la paix »

La France a salué le neuvième président israélien comme "un ami fidèle" de la France

Le président français François Hollande le 30 avril 2015 lors d'une visite au centre de formation maritime de l'emploi de l'industrie du lycée Vauban au "Campus des Métiers et des qualifications des Industries de la mer" à Brest (Crédit : AFP PHOTO FRED TANNEAU)
Le président français François Hollande le 30 avril 2015 lors d'une visite au centre de formation maritime de l'emploi de l'industrie du lycée Vauban au "Campus des Métiers et des qualifications des Industries de la mer" à Brest (Crédit : AFP PHOTO FRED TANNEAU)

François Hollande a rendu hommage à l’ancien président israélien Shimon Peres, mort dans la nuit de mardi à mercredi, un des « plus ardents défenseurs de la paix » et « un ami fidèle » de la France.

« Shimon Peres appartient désormais à l’Histoire, qui a été la compagne de sa longue vie », a écrit M. Hollande dans un communiqué après la mort, à 93 ans, du prix Nobel de la paix.

« Avec la disparition de Shimon Peres, Israël perd un de ses hommes d’Etat les plus illustres, la paix un de ses plus ardents défenseurs et la France un ami fidèle », a écrit M. Hollande, qui avait eu un dernier entretien avec l’ancien président israélien le 25 mars. « J’ai pu mesurer (…) que sa force de conviction était intacte. »

« Membre de nombreux gouvernements, Premier ministre à plusieurs reprises, enfin Président de 2007 à 2014, Shimon Peres était Israël aux yeux du monde », a estimé le chef d’Etat français.

Shimon Peres avait été victime le 13 septembre d’un accident vasculaire cérébral (AVC) majeur accompagné d’une hémorragie interne. Il avait alors été placé sous respirateur et sédatifs en soins intensifs à l’hôpital Tel-Hashomer de Ramat Gan, proche de Tel-Aviv, où il est décédé dans la nuit.

L’ambassadrice de France en Israël, Hélène Le Gal, a déclaré dans un communiqué :

« Comme des millions de Français, je pleure aujourd’hui avec Israël la disparition de Shimon Peres, ancien Président et Premier ministre de l’Etat d’Israël. J’ai d’abord une pensée pour ses proches en cette terrible épreuve. Israël perd un grand homme, un des derniers pères fondateurs de la nation, dont la vie s’est confondue avec l’histoire du pays qu’il n’a eu de cesse de servir. »

« La France perd celui qui fut l’un des plus fidèles amis de son peuple et de ses gouvernements successifs depuis la IVème République. »

« Le départ de Shimon Peres est aussi celui d’un authentique homme de paix, qui ne se sera pas contenté d’un prix Nobel mais aura continué à agir jusqu’à la fin pour entretenir sans relâche la flamme parfois vacillante de l’espoir. Puisse sa mémoire nous inspirer. »

Le consistoire de France a également fait part de son émotion :

« Le Consistoire honore la mémoire de Shimon Pérès, dernier père fondateur de l’Etat d’Israël, prix Nobel, visionnaire et artisan de la Paix.

Il nous a quittés cette nuit, entouré de l’affection de tous les siens et du respect de tous les grands de ce monde.

Le Consistoire partage le deuil et la tristesse de sa famille et de l’ensemble de ses frères et sœurs israéliens, pour lesquels il était le dernier père de la Nation.

Shimon Pérès a joué à maintes reprises un rôle décisif dans la survie du jeune Etat d’Israël, en permettant à son armée d’assurer sa mission avec des moyens militaires adaptés sous la supervision de David Ben Gourion.

Européen de naissance et francophile convaincu, il aimait la terre des Droits de l’Homme, son histoire, ses arts et sa culture de la liberté et de l’égalité. Imprégné des valeurs du Judaïsme et amoureux de l’Etat d’Israël, Shimon Pérès n’a eu de cesse de convaincre tous ses interlocuteurs de la nécessité vitale d’établir la paix entre Israël et ses voisins arabes. Il a disparu hélas avant d’avoir vu se réaliser son rêve, commun à l’ensemble du Peuple d’Israël.

Le Consistoire prie pour que la nouvelle année qui s’annonce laisse derrière elle son lot de tristesse et soit une année de Paix et de réjouissances, en France, en Israël et partout dans le monde. »

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...