Hommage au seul survivant d’un navire sabordé qui tentait de fuir la Shoah
Rechercher

Hommage au seul survivant d’un navire sabordé qui tentait de fuir la Shoah

Une récente notice nécrologique rend hommage à David Stoliar d'origine roumaine, dont le décès en 2014 n'avait guère connu d'écho

David Stoliar (à gauche) en février 1946 (Autorisation)
David Stoliar (à gauche) en février 1946 (Autorisation)

David Stoliar, le seul survivant de la Struma, un navire au sort funeste qui transportait 800 Juifs fuyant la Shoah en Roumanie, est décédé en 2014, mais sa mort n’a pas été rapportée à grande echelle ni à l’echelon national.

Le New York Times a rapporté dimanche que la mort de Stoliar en 2014 avait reçu peu d’attention à l’extérieur de l’Oregon, où il a vécu. The Times avait rédigé avant sa mort une notice nécrologique et l’a publiée dimanche.

Stoliar est mort le 1er mai 2014, dans sa résidence de longue date à Bend, dans l’Oregon. Il était âgé de 91 ans.

Il n’a presque jamais parlé de l’incident de Struma, avait indiqué The Oregonian dans sa notice nécrologique au moment de sa mort.

Le Struma a été empêché d’entrer dans la Palestine d’alors, retenu en Turquie pendant plusieurs mois, puis est parti à la dérive sans moteur ni carburant et a été torpillé par un sous-marin soviétique dans la mer Noire en 1942.

Stoliar a finalement réussi à rejoindre la Palestine et a servi dans la Brigade juive de l’armée britannique en 1943, combattant en Egypte et en Libye. Il a également combattu lors de la Guerre d’indépendance d’Israël en 1948.

Stoliar a travaillé dans l’industrie pétrolière, en tant que cadre au Japon pendant 18 ans, et plus tard dans l’industrie de la chaussure. Il a immigré en Oregon en 1971.

Il est né en 1922, à Chisinau, en Roumanie. Son père lui a acheté un billet sur le Struma, un vieux bateau de bétail qui avait des problèmes de moteur. Il a navigué en décembre 1941 depuis un port sur la mer Noire avec à bord près de 800 Juifs roumains, bulgares et russes, et très peu de nourriture ou d’eau.

Les moteurs du bateau sont tombés en panne près de la Turquie, où il a été remorqué jusqu’à un port, et où il est resté pendant que les responsables turcs débattaient de son sort. La Grande-Bretagne n’a pas permis aux passagers d’entrer en Palestine. Finalement, le bateau a été remorqué jusqu’à la mer Noire et a laissé à la dérive.

Il a ete coulé par un sous-marin soviétique qui avait l’ordre de tirer sur tous les navires dans la mer Noire pour empêcher que des fournitures parviennent en Allemagne. La torpille a explosé près du navire, entraînant la mort de tous les passagers, a l’excéption de Stoliar.

La perte du Struma et la survie de Stoliar étaient largement inconnues jusqu’à ce que Stoliar ne raconte son histoire au journaliste Douglas Frantz du New York Times en 2000. L’histoire a été racontée dans le livre « Mort sur la mer Noire » paru en 2003.

Au moment de sa mort, Simcha Jacobovi a publié un billet de blog en hommage a Stoliar dans le Times of Israel.

L’équipe du Times of Israel a contribué à cet article

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...