HRW accuse l’Egypte d’avoir détruit des milliers d’habitations dans le Sinaï
Rechercher

HRW accuse l’Egypte d’avoir détruit des milliers d’habitations dans le Sinaï

L'objectif de cette zone-tampon est de détruire les centaines de tunnels creusés depuis Gaza

Forces du Hamas en patrouille à la frontière entre Gaza et l'Egypte, le 20 mai 2013. (Crédit : Abed Rahim Khatab/Flash0)
Forces du Hamas en patrouille à la frontière entre Gaza et l'Egypte, le 20 mai 2013. (Crédit : Abed Rahim Khatab/Flash0)

Human Rights Watch (HRW) a accusé mardi l’Egypte de « violer le droit international » dans le Sinaï en détruisant « des milliers d’habitations » et cultures, expulsant de force plus de 3 000 familles pour établir une zone-tampon à sa frontière avec la bande de Gaza palestinienne.

« L’armée a rasé des milliers d’habitations de manière arbitraire, (…) détruisant des quartiers entiers et des centaines d’hectares de terres agricoles », accuse l’organisation internationale basée à New York. Dans son rapport, HRW évoque « environ 3 200 familles expulsées de force » et estime que l’Egypte « pourrait avoir violé le droit de la guerre ».

L’objectif de cette zone-tampon -qui s’étend sur 79 km2- est de détruire les centaines de tunnels creusés depuis Gaza et qui, selon le Caire, sont utilisés par des activistes palestiniens pour fournir des armes aux mouvements djihadistes du Sinaï.

De son côté, Israël considère ces tunnels comme le principal outil des mouvements islamistes Hamas, qui contrôle Gaza, et Jihad islamique, pour se fournir en armes et contourner le blocus très strict que les Israéliens imposent depuis 2006 à l’enclave palestinienme.

Les groupes djihadistes égyptiens ont multiplié les attentats contre les forces de l’ordre dans le nord du Sinaï depuis que l’armée a destitué le président islamiste élu Mohamed Morsi en juillet 2013.

Le chef de l’armée d’alors, Abdel Fattah al-Sissi, a été élu chef de l’Etat en mai 2014, et le nouveau pouvoir mène une sanglante répression contre les pro-Morsi et toute forme d’opposition

« Entre juillet 2013 et août 2015, les autorités ont démoli au moins 3 255 bâtiments résidentiels, commerciaux et administratifs », selon le rapport de HRW, basé sur le témoignage de 11 familles expulsées, de journalistes et d’activistes dans le Sinaï, ainsi que sur des images satellitaires des destructions.

Les autorités « n’ont pas prévenu les résidents expulsés, ou très peu de temps à l’avance, ne leur ont pas fourni de logements temporaires et ont compensé financièrement de manière très insuffisante la destruction de leurs maisons », accuse HRW.

HRW souligne que le Caire « n’a pas présenté de preuves selon lesquelles les insurgés reçoivent un soutien militaire de Gaza ».

« Le gouvernement égyptien n’a pas expliqué pourquoi ses forces n’ont pas recours aux technologies sophistiquées permettant de détecter les tunnels », s’interroge l’ONG, rappelant qu’elles « ont été formées (à cette méthode) par les Etats-Unis dès 2008 ».

Depuis 2012, l’armée mène une vaste offensive contre les groupes djihadistes dans le nord du Sinaï.

« Les Etats-Unis et d’autres gouvernements occidentaux qui arment le gouvernement de M. Sissi détournent le regard quand ses forces maltraitent des citoyens, selon la logique douteuse qu’il aide à la lutte contre l’Etat islamique », accuse aussi HRW. qui évoque des « violations des droits de l’Homme » pour établir cette zone-tapon.

« La stratégie imprudente de contre-insurrection de Sissi aboutit surtout à dresser ses propres citoyens contre leur gouvernement », conclut HRW.

Dans un communiqué qui ne fait aucune allusion au rapport de HRW, le gouvernement a expliqué avoir adopté « un plan global de lutte contre le terrorisme » dans le nord du Sinaï, « qui respecte les normes et les règles internationales en matière de droits de l’Homme ».

Il précise que les habitants des zones situées près de la frontière « ont reçu des dédommagements pour leurs biens privés » et que les autorités « prévoient de construire une ville nouvelle (…) pour accueillir tous les citoyens qui souhaiteraient y déménager ».

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...