ImageSat confirme la présence d’une usine iranienne de missiles en Syrie
Rechercher

ImageSat confirme la présence d’une usine iranienne de missiles en Syrie

L'emplacement du complexe, les plans de construction et l'activité observée concordent avec un site de fabrication de missiles, indique ImageSat International

Une photo satellite fournie par ImageSat international (ISI) montre une installation de production de missiles syrienne présumée. (Avec l'aimable autorisation de ISI)
Une photo satellite fournie par ImageSat international (ISI) montre une installation de production de missiles syrienne présumée. (Avec l'aimable autorisation de ISI)

De nouvelles images satellitaires confirment les informations selon lesquelles une nouvelle usine dans le nord-ouest de la Syrie est une usine de production de missiles sol-sol (MSS), a déclaré mercredi une société de renseignement israélienne.

L’usine située près de la ville de Safita a fait l’objet d’un premier reportage le mois dernier sur la Douzième chaîne d’information, et indiquait que les autorités israéliennes pensaient qu’il s’agissait d’une usine de missiles de précision construite par l’Iran en coopération avec le gouvernement syrien et le groupe terroriste libanais Hezbollah.

ImageSat International (ISI) a déclaré mercredi que les photos satellites du complexe corroboraient ces informations.

« Les caractéristiques de construction, l’emplacement du complexe et les signes d’activité du complexe et de ses environs augmentent la probabilité qu’il s’agisse d’un site de fabrication de missiles », explique la société, qui fait de l’analyse du renseignement visuel.

Elle a noté que « le complexe contient trois hangars principaux qui rappellent les grands bâtiments industriels. Si ce site est en effet lié à la fabrication de missiles sol-sol, il est possible que deux hangars comprennent des lignes de production, et le troisième est destiné à la fabrication ou à l’assemblage ».

Elle a également indiqué que l’activité des véhicules sur le site, en particulier l’utilisation d’autobus et de fourgonnettes pour le personnel, suivait le mode opératoire dans les installations militaires.

Et les traces observées dans une zone voisine correspondaient à celles des lanceurs de MSS, selon l’ISI.

Une photo satellite fournie par ImageSat international (ISI) montre une installation de production de missiles syrienne présumée. (Avec l’aimable autorisation d’ISI)

Toutefois, la société a noté qu’“il n’y a probablement pas de fabrication [ou] d’assemblage de moteurs de missiles et d’ogives dans ce complexe, dans la mesure où les structures protégées n’ont pas été détectées. De plus, aucun missile ou lanceur n’a été identifié sur le site ».

Selon les informations de la Douzième chaîne, l’usine aurait pour objectif de produire des missiles de précision, ce qui renforcerait considérablement la menace que représente pour Israël le vaste arsenal de roquettes et de missiles déployés contre lui dans le sud du Liban par le Hezbollah, le mandataire de l’Iran.

Pour ce faire, a rapporté la Douzième chaîne, l’Iran a dû contourner les sanctions internationales sur son programme de missiles par le biais d’une série d’entreprises de paille créées par le Centre d’études et de recherches scientifiques de Syrie (SSRC), un organisme gouvernemental qui fabrique des armes et dont les installations ont été ciblées à plusieurs reprises par Israël dans le passé.

Ces sociétés – créées spécialement à cette fin – ont commandé des pièces détachées de missiles à l’Italie, à la Chine et à d’autres pays d’Asie de l’Est, selon le rapport. Ces sociétés sont l’Organisation des Industries Technologiques (OTI) et le Groupe ANAS, toujours selon le rapport.

Israël a néanmoins découvert, suivi et démasqué l’installation, a indiqué la chaîne, dans le cadre de ses efforts pour contrecarrer la présence militaire de l’Iran en Syrie.

Israël affirme avoir effectué des centaines de frappes aériennes sur des cibles liées à l’Iran dans le cadre d’une campagne visant à empêcher Téhéran d’établir une présence militaire en Syrie.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...