Indignation à Marseille autour d’une journée d’hommage à Maurras dans un couvent
Rechercher

Indignation à Marseille autour d’une journée d’hommage à Maurras dans un couvent

Le couvent dominicain de Marseille avait hébergé le père Joseph-Marie Perrin, qui y a caché et aidé des Juifs pendant la guerre, et a été élevé au rang de Juste parmi les Nations

Le politicien et écrivain français Charles Maurras assiste à son procès lors duquel il a été condamné à la réclusion à perpétuité pour complicité avec l'ennemi nazi pendant la Seconde guerre mondiale, le 25 janvier 1945, au palais de justice de Lyon (PHOTO AFP)
Le politicien et écrivain français Charles Maurras assiste à son procès lors duquel il a été condamné à la réclusion à perpétuité pour complicité avec l'ennemi nazi pendant la Seconde guerre mondiale, le 25 janvier 1945, au palais de justice de Lyon (PHOTO AFP)

L’organisation par l’Action française Provence d’une journée d’hommage à Charles Maurras, dans un couvent dominicain à Marseille, a provoqué l’indignation de nombreux militants locaux, des Jeunes socialistes aux anti-fascistes.

L’Action française Provence et la Fédération royaliste provençale organisent le samedi 21 avril une série de colloques sur Charles Maurras (1868-1952), écrivain d’extrême droite né il y a 150 ans à Martigues (Bouches-du-Rhône).

Dans un communiqué les Jeunes socialistes des Bouches-du-Rhône ont décrit la « révulsion » et la « colère » que leur inspire la tenue du colloque « Charles Maurras, l’homme de la politique », « dans les locaux-même d’un ordre appartenant à l’Eglise catholique », le centre Cormier des Dominicains.

« Cela revêt un goût amer, et fait ressurgir le souvenir d’un clergé qui soutenait la persécution antisémite en France durant la Seconde guerre mondiale », estiment les Jeunes socialistes.

Vendredi, le Collectif unitaire anti-fasciste de Marseille a publié une lettre envoyée à Mgr Pontier, archevêque de la ville et président de la Conférence des évêques de France.

« Il nous est difficile d’envisager la tenue de ce colloque dans une salle polyvalente du couvent des dominicains » récemment rénovée notamment grâce à « des financements publics de la part de la région Provence-Alpes-Côte d’Azur, du département des Bouches-du-Rhône ainsi que la ville de Marseille », écrivent les anti-fascistes.

Le couvent dominicain de Marseille a notamment hébergé le père Joseph-Marie Perrin, qui y a caché et aidé des Juifs traqués par la police de Vichy pendant la Seconde Guerre mondiale, et a été élevé au rang de Juste parmi les Nations.

Fin janvier, la ministre de la Culture Françoise Nyssen avait décidé d’effacer Maurras du livre des commémorations nationales après des protestations d’associations antiracistes.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...