Interview de Gantz en 2017 : Israël doit « tout faire pour la paix »
Rechercher

Interview de Gantz en 2017 : Israël doit « tout faire pour la paix »

L'ancien militaire, perçu comme le concurrent le plus sérieux à Netanyahu en avril, n'a pas encore exposé son programme. Ses déclarations passées sont ainsi examinées à la loupe

L'ancien chef d'Etat-major Benny Gantz parle aux journalistes devant le Peres Center for Peace à Jaffa le 28 septembre 2016. (Crédit :Miriam Alster/Flash90)
L'ancien chef d'Etat-major Benny Gantz parle aux journalistes devant le Peres Center for Peace à Jaffa le 28 septembre 2016. (Crédit :Miriam Alster/Flash90)

L’ancien chef d’état-major Benny Gantz est considéré comme le candidat le plus sérieux face à Benjamin Netanyahu aux prochaines élections d’avril, même s’il n’a pas encore exposé ses idées.

Ce silence a permis à ses opposants politiques de le présenter comme un « gauchiste » et a poussé des médias israéliens à fouiller dans les archives pour trouver une trace quelconque de ses opinions politiques.

Hadashot a ainsi diffusé vendredi une interview datant de novembre 2017, dans laquelle Gantz explique qu’Israël doit viser la paix même en l’absence de partenaire côté palestinien.

« Il n’y a pas de honte à aspirer à la paix. Il n’y a pas de honte à tout faire pour obtenir la paix », déclarait l’ancien militaire. « Ça ne m’intéresse pas de savoir s’il existe un partenaire ou pas. Nous voulons lutter [pour la paix] non pas à cause de nos voisins, mais pour nous-mêmes. »

« Est-ce que nous voulons envoyer nos enfants au combat pour les prochaines 25 années ? Non. Mais devrons-nous le faire ? Apparemment, oui. Pour encore 50 ans ? Apparemment, oui », estime-t-il.

« Que va-t-on leur dire ? Que nous n’avons rien fait, que nous n’avons pas essayé, que nous n’avons pas fait l’effort, que nous n’avons pas vérifié. »

L’ancien chef d’Etat-major Benny Gantz s’exprime lors de la Conférence sioniste mondiale à Jérusalem, le 2 novembre 2017 (Crédit : Miriam Alster/FLASH90)

Benny Gantz a officiellement créé son parti politique le mois dernier, mais a depuis été très discret concernant ses positions politiques. Son parti fait actuellement la course en tête dans les sondages, devançant tous les autres partis excepté le Likud. Ainsi, il pourrait remporter environ 14 sièges à la Knesset, qui en compte 120 au total. Le parti au pouvoir pourrait, lui, en obtenir une trentaine.

D’autres sondages proposant une option qui verrait Gantz faire liste commune avec de grands partis, comme Yesh Atid au centre, révèlent que l’alliance pourrait venir concurrencer le Likud, en remportant 26-27 sièges.

Le reportage d’Hadashot explique qu’il est peu probable que Gantz présente un programme politique avant un mois, tant qu’il n’a pas établi sa liste électorale et qu’il ne sait pas encore clairement avec qui il s’alliera.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...