Rechercher

Irak : 6 millions de comprimés de captagon saisis, deux réseaux démantelés

La vente et la consommation de drogues ont explosé ces dernières années en Irak, où les forces de sécurité ont intensifié leurs opérations

Photo d'illustration : Un comprimé de captagon. (Crédit : capture d'écran YouTube/Allo docteurs)
Photo d'illustration : Un comprimé de captagon. (Crédit : capture d'écran YouTube/Allo docteurs)

Les forces de sécurité irakiennes ont annoncé samedi le démantèlement de deux réseaux de trafiquants de drogue et l’interpellation de dix personnes, dont cinq ressortissants de pays arabes, ainsi que la saisie de six millions de comprimés de captagon.

L’Irak, pays notamment frontalier de la Syrie et de l’Arabie saoudite, est devenu une étape importante sur la route du trafic de captagon, un stimulant de type amphétamine presque exclusivement fabriqué et consommé au Moyen-Orient.

Dans un entrepôt du sud-ouest de Bagdad, la Sûreté nationale a mis la main sur « environ 6,2 millions de comprimés » qui devaient être écoulés « dans des secteurs de Bagdad et dans d’autres provinces », a déclaré cette agence dans un communiqué.

« Quatre suspects originaires de pays arabes ont été arrêtés » et leurs « aveux » ont permis d’arrêter « trois Irakiens qui faisaient partie du réseau ».

Le texte évoque le démantèlement d’un second réseau grâce à l’arrestation d’un suspect originaire d’un pays arabe non précisé « qui était en possession de 6 kilos de haschisch ».

Deux complices ont également été arrêtés, ajoute le communiqué, sans préciser leur nationalité. Les dix accusés « ont avoué leurs liens avec des réseaux de trafic de drogue internationaux ».

Les condamnations pour trafic de stupéfiants peuvent aller jusqu’à la peine de mort en Irak.

La vente et la consommation de drogues ont explosé ces dernières années en Irak, où les forces de sécurité ont intensifié leurs opérations et annoncent quasi-quotidiennement des saisies de stupéfiants ou l’arrestation de trafiquants.

Dans la province largement désertique d’Al-Anbar, qui partage une longue frontière avec la Syrie, les forces de sécurité ont interpellé 18 trafiquants de drogue au cours des trois premiers mois de 2022, selon une source officielle.

Ces arrestations ont eu lieu principalement dans les zones situées directement à la frontière, notamment Al-Rutba et Al-Qaïm. Plus de trois millions de cachets de captagon ont été saisis au cours de la même période.

Début avril, 1,8 million de comprimés de captagon ont été saisis dans le secteur d’Al-Qaïm, selon la même source.

Les régions du centre et du sud de l’Irak, frontalières de l’Iran, sont aussi d’importantes routes pour le trafic de crystal meth (drogue de synthèse).

En décembre dernier, l’unité antidrogue du ministère de l’Intérieur identifiait les provinces de Bassora et Missane comme les principales régions du sud en termes de trafic et de consommation.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...