Iran : accident sur un site nucléaire, ni victime, ni « pollution »
Rechercher

Iran : accident sur un site nucléaire, ni victime, ni « pollution »

L'accident s'est produit jeudi matin dans l'enceinte du complexe nucléaire de Natanz dans le centre de l'Iran

Installation d'enrichissement nucléaire de l'Iran à Natanz, à 300 kilomètres au sud de la capitale Téhéran, Iran, le 9 avril 2007. (Hasan Sarbakhshian/ AP/File)
Installation d'enrichissement nucléaire de l'Iran à Natanz, à 300 kilomètres au sud de la capitale Téhéran, Iran, le 9 avril 2007. (Hasan Sarbakhshian/ AP/File)

Un accident n’ayant fait aucune victime ni causé de « pollution » radioactive s’est produit jeudi matin dans l’enceinte du complexe nucléaire de Natanz dans le centre de l’Iran, selon l’Organisation iranienne de l’énergie atomique (OIEA).

« C’était un entrepôt sans matériel nucléaire [à l’intérieur et donc] sans potentiel de pollution », a déclaré à la télévision d’Etat le porte-parole de l’Organisation, Behrouz Kamalvandi, à propos du lieu de l’accident.

« Des équipes d’experts sont actuellement sur place et enquêtent sur les causes de l’accident », a-t-il ajouté, sans préciser la nature du sinistre, un incendie, selon l’agence Tasnim, qui cite le gouverneur de Natanz, Ramézan-Ali Ferdowsi.

« Il n’y avait aucune main d’œuvre sur place et nous n’avons pas eu de victime », a encore déclaré M. Kamalvandi, dans une interview par téléphone avec la télévision.

« Nous avons néanmoins des dégâts financiers et matériels », a affirmé M. Kamalvandi.

Il a assuré qu’il n’y avait « pas eu d’interruption de l’activité du centre d’enrichissement » de l’uranium de Natanz : celui-ci « fonctionne à son rythme habituel ».

Installation d’enrichissement nucléaire de l’Iran à Natanz. (Capture d’écran CNN.com)

Initialement, l’OIEA avait publié un communiqué indiquant que l’accident avait touché « un des hangars en construction dans [l’enceinte] du site de Natanz », qui abrite une des principales usines d’enrichissement d’uranium du pays.

Depuis mai 2019, en riposte à la décision prise un an plus tôt par les Etats-Unis de se retirer unilatéralement de l’accord international sur le nucléaire iranien conclu à Vienne en 2015, l’Iran s’est progressivement affranchi de ses obligations prévues par ce texte.

En septembre 2019, le pays a ainsi relancé les activités de production d’uranium enrichi qu’il avait accepté de suspendre à Natanz en vertu de l’accord.

Selon le dernier rapport de surveillance du programme nucléaire de l’Iran établi début juin par l’Agence internationale de l’énergie atomique (AIEA), Téhéran fait tourner à Natanz 5 060 centrifugeuses dites de première génération, réparties en « 30 cascades » produisant de l’uranium enrichi, et y mène des activités de recherche et développement en rapport avec l’enrichissement de ce minerai.

Le rapport ajoute que la République islamique produit de l’uranium enrichi jusqu’à 4,5 %. Ce taux est supérieur aux 3,67 % autorisés par l’accord de Vienne mais reste très loin du seuil requis (plus de 90 %) pour la fabrication d’une bombe atomique.

La République islamique a toujours démenti chercher à se doter d’une telle arme, comme l’en accusent les Etats-Unis et Israël.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...