Iran: Blinken affirme que Washington cherchera un « accord plus fort et durable »
Rechercher

Iran: Blinken affirme que Washington cherchera un « accord plus fort et durable »

Pour le ministre des Affaires étrangères choisi par Biden, le pacte doit inclure le programme de missiles balistiques ainsi que les "activités déstabilisatrices" de Téhéran

L'ancien secrétaire d'État adjoint américain Antony J Blinken donne une conférence de presse à la suite d'une réunion avec le membre des Affaires étrangères de la coalition d'État anti-islamique le 2 juin 2015 à Paris. (Crédit : STEPHANE DE SAKUTIN / AFP)
L'ancien secrétaire d'État adjoint américain Antony J Blinken donne une conférence de presse à la suite d'une réunion avec le membre des Affaires étrangères de la coalition d'État anti-islamique le 2 juin 2015 à Paris. (Crédit : STEPHANE DE SAKUTIN / AFP)

Le futur secrétaire d’Etat américain Antony Blinken a confirmé mardi que le gouvernement de Joe Biden était prêt à revenir dans l’accord sur le nucléaire iranien à condition que Téhéran respecte à nouveau ses engagements, tout en appelant de ses voeux une entente « plus durable ».

Le président élu « pense que si l’Iran revient dans les clous, nous le ferons aussi », a déclaré Antony Blinken lors de son audition au Sénat, appelé à confirmer sa nomination.

« Mais nous utiliserions cela comme un point de départ, avec nos alliés et partenaires qui seraient à nouveau du même côté que nous, pour rechercher un accord plus fort et plus durable », a-t-il ajouté, estimant que cela devrait inclure le programme de missiles balistiques de l’Iran ainsi que ses « activités déstabilisatrices » au Moyen-Orient.

« Cela étant dit, je pense que nous n’en sommes pas là », a-t-il prévenu.

Le prochain ministre américain des Affaires étrangères a affirmé que la sortie des Etats-Unis de l’accord international de 2015, voulue par Donald Trump, avait renforcé la menace nucléaire iranienne.

« Un Iran avec l’arme nucléaire ou sur le point d’avoir la capacité d’en fabriquer une rapidement serait un Iran encore plus dangereux que maintenant », a-t-il martelé.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...