Israël en guerre - Jour 229

Rechercher

Iran: des fidèles bahaïs arrêtés en raison de leurs liens avec Israël

La République islamique considère les bahaïs comme des hérétiques et des "espions" liés à Israël, ennemi juré de Téhéran, leur siège mondial historique étant à Haïfa

Les jardins de Bahaï, à Haïfa. (Crédit : Shmuel Bar-Am)
Les jardins de Bahaï, à Haïfa. (Crédit : Shmuel Bar-Am)

Un « groupe » de fidèles appartenant à la minorité religieuse bahaïe a été arrêté par les autorités iraniennes dans le nord du pays en raison de leurs « contacts » avec Israël, a annoncé mardi une agence de presse locale.

La République islamique, dans laquelle le chiisme est la religion d’Etat, considère les bahaïs comme des hérétiques et des « espions » liés à Israël, ennemi juré de Téhéran, leur siège mondial historique étant à Haïfa, dans le nord d’Israël.

« Un certain nombre de membres (de la communauté) bahaïe ont été arrêtés dans la province de Guilan », dans le nord, a indiqué l’agence de presse Fars, citant un communiqué des services de Renseignements.

Les personnes interpellées « étaient en contact avec le centre sioniste de Beit-ol-Adl » en Israël, l’autorité suprême de la communauté bahaïe, a ajouté le communiqué.

« Ce groupe avait également pour mission de propager les enseignements bahaïs, en particulier dans les écoles de musique pour enfants », a précisé la même source.

Les bahaïs suivent les enseignements de Bahaullah, né en Iran en 1817, qu’ils considèrent comme un prophète et le fondateur de cette religion monothéiste qui promeut l’unité et l’égalité.

La foi bahaïe n’est pas reconnue par les autorités iraniennes contrairement à d’autres confessions minoritaires non musulmanes, notamment le christianisme, le judaïsme et le zoroastrisme. C’est pourtant la plus grande minorité religieuse non musulmane du pays, qui affirme compter plus de sept millions de fidèles dans le monde.

Téhéran avait annoncé en août dernier l’arrestation de plusieurs membres de la communauté bahaïe dans la province Mazandaran, voisine de Guilan.

En 2018, l’Assemblé générale des Nations unies avait adopté une résolution appelant l’Iran à mettre fin « aux arrestations arbitraires » des minorités religieuses et à libérer les bahaïs emprisonnés.

En savoir plus sur :
S'inscrire ou se connecter
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
Se connecter avec
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation
S'inscrire pour continuer
Se connecter avec
Se connecter pour continuer
S'inscrire ou se connecter
Se connecter avec
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un email à gal@rgbmedia.org.
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.
image
Inscrivez-vous gratuitement
et continuez votre lecture
L'inscription vous permet également de commenter les articles et nous aide à améliorer votre expérience. Cela ne prend que quelques secondes.
Déjà inscrit ? Entrez votre email pour vous connecter.
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
SE CONNECTER AVEC
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation. Une fois inscrit, vous recevrez gratuitement notre Une du Jour.
Register to continue
SE CONNECTER AVEC
Log in to continue
Connectez-vous ou inscrivez-vous
SE CONNECTER AVEC
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un e-mail à .
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.