Iran : Trois nouveaux cas de coronavirus après deux morts
Rechercher

Iran : Trois nouveaux cas de coronavirus après deux morts

Selon une agence dépendant de la télévision d'Etat, les deux malades décédés étaient des habitants de Qom et n'étaient pas connus pour avoir voyagé à l'étranger

Les visiteurs marchent près du sanctuaire de Fatima Massoumeh , dans la ville sainte de Qom, en Iran, le 15 janvier 2019. (Crédit : ATTA KENARE / AFP)
Les visiteurs marchent près du sanctuaire de Fatima Massoumeh , dans la ville sainte de Qom, en Iran, le 15 janvier 2019. (Crédit : ATTA KENARE / AFP)

Deux personnes âgées iraniennes sont décédées du nouveau coronavirus, ont rapporté mercredi des médias officiels locaux quelques heures après avoir fait état des deux premiers cas avérés en Iran de contamination par cette épidémie.

Il s’agit des premiers cas connus, au Moyen-Orient, de décès de patients atteints du virus COVID-19, qui a fait plus de 2 000 morts depuis son apparition, dont huit en dehors de la Chine continentale : un en France, deux à Hong-Kong et en Iran, un au Japon, un aux Philippines et un à Taïwan.

« Malheureusement, (les) deux (patients testés positifs au virus) sont décédés dans une unité de soins intensifs du fait de leur âge avancé et d’un système immunitaire défaillant », écrit l’agence officielle IRNA en citant Kianouche Jahanpour, porte-parole du ministère de la Santé.

Selon le Club des jeunes journalistes, agence dépendant de la télévision d’Etat, les deux malades étaient des habitants de Qom, ville sainte chiite à quelque 150 km au sud de Téhéran, et n’étaient pas connus pour avoir voyagé à l’étranger.

L’un d’eux était un ancien combattant et avait été victime d’armes chimiques utilisées par Bagdad pendant la guerre entre l’Irak et l’Iran (1980-1988), selon IRNA.

Cité quelques heures plus tôt par Irna, M. Jahanpour avait indiqué que les deux premiers cas avérés de contamination en Iran avaient été diagnostiqués à Qom. « Ces deux derniers jours, des cas suspects du nouveau coronavirus ont été observés à Qom », avait-il dit.

« Des équipes ont été dépêchées sur place après avoir reçu ces signalements, et les cas suspects ont été isolés et testés », avait-il ajouté, indiquant que « sur l’ensemble des échantillons envoyés, un laboratoire a testé deux d’entre eux positifs au coronavirus il y a quelques minutes ».

Egalement cité par IRNA, un autre responsable des services de santé à Qom, Mohammadréza Ghadir a indiqué que deux hôpitaux avaient été « préparés pour maintenir en quarantaine » les cas suspects de coronavirus.

« La propagation du coronavirus à Qom est maîtrisée et nous ne voulons pas que la population s’inquiète », a-t-il dit.

Pourtant, ce jeudi, l’Iran a rapporté trois nouveaux cas, également dans la ville de Qom.

En prévention, toutes les écoles et universités, y compris les séminaires religieux chiites, ont été fermées dans la ville, selon IRNA. Selon d’autres informations, l’Iran a récemment évacué 60 étudiants iraniens de Wuhan, la ville chinoise située à l’épicentre de l’épidémie.

L’épidémie du nouveau coronavirus a infecté plus de 74 000 personnes en Chine.

Un homme portant un masque de protection à vélo à Wuhan, dans la province centrale de Hubei, en Chine, le 17 février 2020. (Crédit : STR / AFP )

Ailleurs dans le monde, plus de 900 personnes contaminées ont été recensées dans une trentaine de pays.

Au Moyen-Orient, les Emirats arabes unis ont été le premier pays à rapporter des cas de porteurs du virus, en janvier.

Les médicaments sont exempts sur le papier des sanctions américaines contre l’Iran. Mais le secteur de la santé et de la pharmacie souffre durement des effets des sanctions qui rendent presque impossible l’importation de médicaments et ont provoqué une pénurie conduisant les autorités à décréter des rationnements, selon des professionnels du secteur interrogés par l’AFP.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...