Israël en guerre - Jour 149

Rechercher

Israël a approuvé des gestes économiques pour les Palestiniens sur demande des USA

Selon un diplomate, après des discussions avec l'administration Biden, le gouvernement abaissera notamment les taxes sur le carburant et facilitera les importations

Des passagers arrivant du côté jordanien du pont Allenby, qui relie la Cisjordanie et la Jordanie, le 19 juillet 2022. (Crédit : Khalil Mazraawi/AFP)
Des passagers arrivant du côté jordanien du pont Allenby, qui relie la Cisjordanie et la Jordanie, le 19 juillet 2022. (Crédit : Khalil Mazraawi/AFP)

Israël a approuvé trois mesures économiques mineures en faveur des Palestiniens en amont du mois sacré du Ramadan qui commencera le mois prochain, selon un communiqué qui a été envoyé au Times of Israel par un haut-responsable de la diplomatie israélienne.

Un communiqué émis alors que la frustration, à Washington, semble avoir atteint un pic après l’annonce faite par le gouvernement du Premier ministre Benjamin Netanyahu de la légalisation de neuf avant-postes et de la construction d’environ 10 000 nouveaux logements en Cisjordanie – le nombre le plus élevé à avoir été autorisé en une seule séance.

Le communiqué, qui a été transmis à la condition expresse de conserver l’anonymat de l’envoyeur, indique que le cabinet de sécurité de haut-rang a autorisé Netanyahu et le ministre de la Défense, Yoav Gallant, à mettre en œuvre ces mesures suite à des discussions avec l’administration Biden.

Ces mesures semblent avoir été choisies dans une liste que l’Autorité palestinienne avait soumise il y a longtemps à Israël – et que l’ambassade américaine de Jérusalem rappelle souvent au bon souvenir de l’État juif en l’encourageant à les mettre en vigueur, a dit un responsable américain.

Selon l’officiel des services diplomatiques, la première mesure serait « la régulation » des frais au poste-frontière d’Allenby qui sépare la Cisjordanie et la Jordanie. Il est principalement utilisé par les Palestiniens qui n’ont pas le droit de prendre l’avion à partir de l’aéroport Ben Gurion et qui n’ont pas non plus été autorisés à construire leur propre aéroport.

Alors qu’il lui était demandé ce qu’il entendait par « régulation », le responsable a refusé de répondre. Cela fait longtemps que l’Autorité Palestinienne déplore les frais à hauteur de 190 shekels que les Palestiniens doivent sortir de leur poche pour traverser le poste-frontière d’Allenby, en plus de l’argent qu’ils devront par ailleurs verser du côté jordanien et elle demande à ce que la somme versée lors de la traversée d’Allenby soit équivalente à celle payée au poste-frontière Sheikh Hussein, dans le nord de la Cisjordanie, où les voyageurs doivent s’acquitter de 109 shekels.

Les États-Unis poussent Israël à ouvrir le poste-frontière d’Allenby 24 heures sur 24 et sept jours sur sept. L’État juif, de son côté, a accepté de maintenir le poste-frontière ouvert à toutes les heures pendant la semaine, de nouveaux horaires qui seront en place dès le mois d’avril.

La deuxième mesure approuvée par le cabinet de sécurité est l’abaissement des taxes de TVA imposées par Israël à l’Autorité palestinienne pour le carburant qui est transféré à Ramallah. Aucune information n’a été donnée sur l’envergure de cette baisse de prix.

Le Premier ministre Benjamin Netanyahu, à droite, rencontre Joe Biden, alors vice-président américain, au bureau du Premier ministre à Jérusalem, le 9 mars 2016. (Crédit : Amos Ben Gershom / GPO)

Le cabinet de sécurité a aussi convenu de réactualiser la liste des produits autorisés à l’importation pour les Palestiniens, une liste qui se trouve entre les mains du ministère de l’Économie. L’Autorité palestinienne réclame depuis longtemps une révision du Protocole de Paris, signé en 1994, qui régulait la relation économique entre Jérusalem et Ramallah. Depuis des années, l’AP demande l’élargissement de la liste des produits importés sans taxes douanières, ainsi que celui de la liste des pays avec lesquels les Palestiniens peuvent avoir des échanges commerciaux sans taxes supplémentaires.

Les administrations américaines successives ont poussé Israël à en faire davantage pour améliorer la vie des Palestiniens dans la mesure où l’absence d’une entité souveraine palestinienne oblige l’économie de Ramallah à dépendre fortement de l’État juif.

Sous le gouvernement israélien précédent, l’administration Biden avait eu moins de difficultés à convaincre de la nécessité de prendre des mesures pour les Palestiniens – ainsi, des milliers de permis de travail avaient été mis en circulation, des centaines de permis de construire avaient été approuvés et des milliers de Palestiniens sans papiers avaient pu obtenir ces précieux documents. Néanmoins, le gouvernement de la ligne dure qui est dirigé par le Premier ministre Benjamin Netanyahu ne cache pas son hostilité à l’égard de l’Autorité palestinienne et il pourrait se contenter des mesures plus modestes que le cabinet aurait approuvé mercredi.

Lors de leurs déplacements récents à Jérusalem, le conseiller à la sécurité nationale Jake Sullivan et le secrétaire d’État américain Antony Blinken ont imploré les officiels israéliens de prendre des initiatives pour réduire les tensions en amont du ramadan – qui pourrait accélérer une nouvelle explosion des tensions comme cela a déjà été le cas dans le passé, ont confié des officiels israéliens et américains au Times of Israel.

Netanyahu subit des pressions, à l’international, visant à assouplir les politiques mises en œuvre à l’égard des Palestiniens par son gouvernement de la ligne dure afin d’apaiser la situation sécuritaire en Cisjordanie et à Jérusalem-Est et il subit également les pressions de ses alliés d’extrême-droite qui réclament des mesures plus dures en riposte à la vague terroriste en cours au sein de l’État juif.

Une série d’attentats palestiniens qui a fait onze morts, ces dernières semaines, et les raids quotidiens de l’armée israélienne qui ont fait 48 morts du côté palestinien – la majorité des défunts, mais pas tous, ayant été tués alors qu’ils commettaient une attaque terroriste ou qu’ils tentaient d’en commettre une – ont contribué à attiser les tensions en amont du Ramadan.

En savoir plus sur :
S'inscrire ou se connecter
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
Se connecter avec
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation
S'inscrire pour continuer
Se connecter avec
Se connecter pour continuer
S'inscrire ou se connecter
Se connecter avec
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un email à gal@rgbmedia.org.
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.