Rechercher

Israël a fourni à Kiev des renseignements sur les drones kamikazes iraniens

Un responsable ukrainien assure qu’Israël a communiqué des renseignements sur les drones Shahed-136 ; par ailleurs, une entreprise israélienne aurait fourni des images satellites

L'épave de ce que Kiev a décrit comme un drone iranien Shahed abattu près de Kupiansk, en Ukraine, le 13 septembre 2022. (Crédit : Direction des communications stratégiques de l'armée ukrainienne via AP)
L'épave de ce que Kiev a décrit comme un drone iranien Shahed abattu près de Kupiansk, en Ukraine, le 13 septembre 2022. (Crédit : Direction des communications stratégiques de l'armée ukrainienne via AP)

Selon une information du New York Times, un haut responsable ukrainien aurait indiqué qu’Israël avait fourni à l’Ukraine des « renseignements de base » sur les drones kamikazes iraniens déployés par l’armée russe.

L’information publiée mercredi, qui cite une source ukrainienne anonyme, précise qu’une société israélienne spécialisée dans la sécurité privée avait en outre communiqué des images satellites des positions militaires russes aux autorités ukrainiennes.

Mercredi, neuf drones kamikazes auraient été abattus par les forces ukrainiennes, portant le nombre total à 50 au cours de la semaine.

Le responsable ukrainien en conclut que les drones ne sont pas aussi efficaces que Moscou l’aurait souhaité, car ils sont « lents » et « faciles à identifier ».

Le Times n’a pas été en mesure de vérifier ces données de manière indépendante.

En septembre dernier, la Russie a commencé à utiliser le drone Shahed-136, de fabrication iranienne, dont elle a reçu des centaines d’exemplaires de Téhéran, malgré les mises en garde de Washington.

Le président Volodymyr Zelensky a demandé à plusieurs reprises à Israël, qu’il a désigné comme l’un des cinq pays dotés des technologies nécessaires pour soutenir l‘Ukraine, lors d’une interview accordée à CNN en septembre, de lui fournir des systèmes de défense aérienne.

Mais Jérusalem s’est jusqu’alors gardée d’accéder aux demandes de Kiev portant sur des armes défensives ou offensives d’importance, afin de protéger sa relation avec la Russie.

Un homme passe à proximité du cratère laissé par une explosion dans le terrain de jeu d’un parc, dans le centre de Kiev, en Ukraine, le 11 octobre 2022. La Russie a riposté à une attaque contre un pont stratégique en déclenchant les frappes les plus violentes enregistrées depuis des mois. (Crédit : AP Photo/Efrem Lukatsky)

Depuis que la Russie a envahi l’Ukraine en février dernier, Israël tente de préserver ses relations avec Moscou, en particulier en raison de la présence militaire russe en Syrie voisine, où l’armée de l’air israélienne intervient régulièrement pour abattre des cibles liées à l’Iran.

Il se peut qu’Israel redoute également les conséquences d’une politique trop ouvertement pro-ukrainienne sur la population juive de Russie.

En septembre, le site frère du Times of Israel en hébreu, Zman Yisrael, a rapporté qu’un entrepreneur israélien du secteur privé de la défense avait fourni à l’Ukraine une technologie anti-drone.

L’information précisait que la technologie avait été vendue à Varsovie puis transférée à Kiev, afin de contourner l‘embargo sur les ventes d’armes israéliennes à l’Ukraine.

Depuis, l’Ukraine a repris son bâton de pèlerin pour tenter de convaincre les puissances occidentales de lui fournir des armes défensives encore plus perfectionnées, pour faire face au regain d’attaques russes, suite à l’attentat au camion piégé sur le pont de Crimée, samedi dernier.

L’information du New York Times ajoute que l’Allemagne a d’ores et déjà envoyé à l’Ukraine quatre unités antimissiles si perfectionnées que l’armée allemande n’a encore jamais eu l’occasion de les utiliser.

Les Pays-Bas et la France se sont également engagés à fournir des armes défensives à l’Ukraine, tandis que le président américain Joe Biden a annoncé la fourniture de deux unités de systèmes de missiles sol-air, connus sous le nom de NASAMS, avec une couverture à courte et moyenne portée de l’ordre de 30 à 50 kilomètres.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...