Israël bloque l’envoi de carburant à Gaza après l’envoi de ballons incendiaires
Rechercher

Israël bloque l’envoi de carburant à Gaza après l’envoi de ballons incendiaires

Treize ballons incendiaires ont été envoyés depuis l'enclave palestinienne, causant des incendies

Des camions israéliens transportant du carburant diesel entrent au point de passage de Kerem Shalom, à la frontière entre Israël et Gaza, le jeudi 11 octobre 2018. ( Crédit : AP Photo/Tsafrir Abayov)
Des camions israéliens transportant du carburant diesel entrent au point de passage de Kerem Shalom, à la frontière entre Israël et Gaza, le jeudi 11 octobre 2018. ( Crédit : AP Photo/Tsafrir Abayov)

Israël a bloqué mardi l’approvisionnement en carburant de la bande de Gaza en riposte à l’envoi de treize ballons incendiaires lancés depuis l’enclave palestinienne, contrôlée par le groupe terroriste palestinien du Hamas.

« Suite à l’envoi de ballons incendiaires depuis la bande de Gaza vers l’Etat d’Israël et aux incendies causés sur le territoire israélien près de Gaza, il a été décidé d’arrêter le transfert de carburant via le passage de Kerem Shalom à la centrale électrique de Gaza ce matin (mardi) et jusqu’à nouvel ordre », a déclaré dans un communiqué le Cogat, l’organe israélien chargé des opérations civiles dans les Territoires palestiniens.

Les points de passage d’Erez, pour les personnes, et celui de Kerem Shalom, pour les marchandises, avaient été fermés début mai en pleine flambée de violence entre groupes armés palestiniens et l’armée israélienne. Ils ont été rouverts le 12 mai quelques jours après l’annonce par les Palestiniens d’un cessez-le-feu.

Les livraisons de carburant, qui sont coordonnées avec les Nations unies et payées par le Qatar, ont été convenues fin 2018 dans le cadre d’un accord de trêve entre Israël et les dirigeants du mouvement islamiste terroriste du Hamas qui contrôle la bande de Gaza.

Selon l’ONU, elles ont amélioré l’alimentation en électricité des Gazaouis qui reçoivent actuellement environ 12 heures de courant par jour, contre six heures auparavant.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...