Israël bouclera la Cisjordanie et Gaza pour les fêtes du Nouvel An
Rechercher

Israël bouclera la Cisjordanie et Gaza pour les fêtes du Nouvel An

L’armée a annoncé que tous les checkpoints et les postes-frontières seront fermés pour Rosh HaShanah, Yom Kippour et Souccot, sauf pour des cas humanitaires

Judah Ari Gross est le correspondant militaire du Times of Israël.

Les agents de la police des Frontières au checkpoint près du Tombeau des Patriarches, à Hébron, le 1 janvier 2018. (Crédit : Police des frontières)
Les agents de la police des Frontières au checkpoint près du Tombeau des Patriarches, à Hébron, le 1 janvier 2018. (Crédit : Police des frontières)

L’armée israélienne a annoncé qu’elle fermera les points de passage et les postes-frontières avec la Cisjordanie et la bande de Gaza à l’occasion des fêtes de Rosh HaShana, de Yom Kippour et de Souccot, comme elle le fait presque chaque année.

Les fermetures pour les fêtes juives et israéliennes sont une procédure de routine, visant à la fois à empêcher les tentatives d’attaques terroristes en Israël pendant la période des fêtes et à permettre aux responsables de la sécurité israélienne qui opèrent sur les points de passage de célébrer ces fêtes.

La fermeture pour Rosh HaShanah commencera samedi à minuit et durera jusqu’à minuit et une minute mercredi 12 septembre, a précisé l’armée. La fête du Nouvel An juif commence dimanche soir et dure jusqu’à mardi soir.

En outre, le point de passage d’Erez vers la bande de Gaza, qui est fermé depuis mercredi à cause d’une émeute du côté palestinien de la barrière la veille, restera fermé comme mesure punitive jusqu’à jeudi prochain, a déclaré mardi le ministre de la Défense Avidgor Liberman.

Un Palestinien utilise une fronde pour lancer une pierre contre un soldat israélien, près du point de passage d’Erez, à Gaza, le 4 septembre 2018. (Crédt : AFP/Mahmud HAMS)

« Après les épisodes de vandalisme auxquels nous avons assisté mardi dernier, j’ai décidé que le point de passage d’Erez restera fermé jusqu’à jeudi prochain [13 septembre]. C’est ainsi que j’agirai si des incidents similaires se produisent à l’avenir », a déclaré Liberman dans une publication en langue arabe sur Facebook

Des exceptions pourront être acceptées au cas par cas pour des raisons humanitaires ou médicales par le responsable de la liaison militaire d’Israël avec les Palestiniens, le général Kamil Abu Rokon, connu officiellement comme le Coordinateur des Activités dans les Territoires (COGAT).

La fermeture pour Yom Kippour doit commencer à minuit lundi 17 septembre, et finir à minuit le 18 septembre.

La fermeture pour la fête de Souccot, qui dure une semaine, commencera le 22 septembre à minuit. Pour la bande de Gaza, elle se prolongera jusqu’au 1 octobre à minuit.

En Cisjordanie, les points de passage et de contrôle ouvriront à nouveau pour des jours intermédiaires – appelés comme ‘hol hamoed – du 25 au 28 septembre.

Des ouvriers en bâtiment palestiniens du village d’Abadiya en Cisjordanie, pendant une pause-café dans une maison en cours de rénovation dans l’implantation juive d’Alon, au sud de Jérusalem, le 16 février 2016 (Crédit : Hadas Parush / Flash90)

Les zones industrielles en Cisjordanie ne seront pas affectées par la fermeture et resteront ouvertes pendant toute la durée des fêtes, a expliqué l’armée.

L’armée a souligné que toutes les fermetures et les réouvertures répondront aux besoins et évaluations sécuritaires.

D’ordinaire, des dizaines de milliers de Palestiniens de Cisjordanie entrent quotidiennement en Israël et dans les implantations israéliennes pour y travailler. Un nombre bien plus réduit de résidents de Gaza voyage également vers Israël, principalement pour y recevoir des soins médicaux.

Les fermetures interviennent dans un contexte de tensions renforcées à la fois dans la bande de Gaza et en Cisjordanie.

La bande de Gaza a été le théâtre d’une recrudescence de la violence depuis les émeutes de la « Marche du Retour », au mois de mars. Ces affrontements, orchestrés et encouragés par les dirigeants du Hamas, ont donné lieu à des jets de pierres et de cocktails Molotov sur les troupes israéliennes, des tentatives d’infiltration et des attaques contre des soldats israéliens.

La fumée d’un feu de pneus alors que les Palestiniens protestent près de la frontière avec Israël à l’est de la ville de Gaza, le 17 août 2018 (AFP PHOTO / MAHMUD HAMS)

Depuis le début des émeutes en mars, plus de 125 émeutiers ont été tués par des tirs israéliens, selon le ministère de la Santé à Gaza. Le Hamas, qui cherche à détruire Israël, a admis que des dizaines de morts appartenaient à ses rangs. Un sniper palestinien a tué un soldat israélien.

Les Palestiniens à Gaza ont également lancé des dispositifs incendiaires aériens vers Israël, anéantissant des milliers d’hectares de forêt et de terres agricoles et causant des millions de shekels de dégâts.

Si la situation s’est calmée à Gaza ces dernières semaines, les émeutes à la frontière se poursuivent et les efforts pour parvenir à un cessez-le-feu entre Israël et le Hamas n’ont pas permis d’aboutir à des résultats concrets.

En Cisjordanie, on a assisté au cours des dernières semaines à une série d’attaques dans ou à proximité d’implantations israéliennes, y compris une lundi, quand un Palestinien a été abattu alors qu’il s’approchait, armé d’un couteau, d’un groupe de soldats de l’armée israélienne.

L’équipe du Times of Israël a contribué à cet article.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...