Israël et la Russie créent un mécanisme de coordination militaire sur la Syrie
Rechercher

Israël et la Russie créent un mécanisme de coordination militaire sur la Syrie

Il aurait été convenu que cet organisme de coordination serait dirigé par les chefs d'état-major adjoints des deux pays

Rencontre entre le président russe Vladimir (à droite) et le Premier ministre Benjamin Netanyahu, en septembre 2015. (Crédit : Facebook)
Rencontre entre le président russe Vladimir (à droite) et le Premier ministre Benjamin Netanyahu, en septembre 2015. (Crédit : Facebook)

Le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu et le président russe Vladimir Poutine se sont entendus à Moscou sur un mécanisme pour coordonner l’action militaire de leurs pays afin d’éviter des confrontations en Syrie, a indiqué son gouvernement dans la nuit de lundi à mardi.

Ce mécanisme vise à « éviter des malentendus entre les forces israéliennes et russes », selon un communiqué du bureau du Premier ministre israélien.

Netanyahu a cependant souligné qu’Israël entendait conserver sa liberté de manœuvre en Syrie. « Israël mène des actions et, lorsque nous le faisons, il est important pour tous, y compris pour la Russie, de savoir que nous agissons », a dit le Premier ministre.

Selon les médias israéliens, le chef d’état-major israélien Gadi Eisenkot, qui a accompagné Netanyahu à Moscou, et son homologue russe Valeri Guerassimov sont convenus que cet organisme de coordination soit dirigé par les chefs d’état-major adjoints des deux pays.

La première rencontre entre ces responsables est prévue dans deux semaines. Mais le lieu et le rythme des rencontres ne sont pas encore fixés.

Cet organisme de coordination examinera les activités aériennes, navales et électromagnétiques des deux pays en Syrie, disent les médias israéliens citant des responsables militaires qui ont briefé des journalistes après la rencontre de Moscou.

Selon des sources étrangères, Israël a effectué plus d’une dizaine d’attaques aériennes en Syrie depuis 2013 notamment contre des transports d’armes destinées au Hezbollah libanais. Ces raids n’ont pas été confirmés officiellement du côté israélien.

« Nous avons des lignes rouges très claires, tel le transfert d’armes sophistiquées ou des armes chimiques à des organisations terroristes telles que le Hezbollah », a expliqué le ministre de la Défense Moshé Yaalon sur la radio publique.

Depuis plusieurs jours, Washington s’alarme du renforcement de la présence militaire russe en Syrie, notamment dans la ville côtière de Lattaquié où des responsables américains estiment que la Russie est en train d’établir une « base aérienne avancée ».

La Russie n’est officiellement présente en Syrie qu’à Tartous, port méditerranéen et autre fief du président Bachar al-Assad.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...