Israël et l’AP concluent un arrangement pour mettre fin à la guerre commerciale
Rechercher

Israël et l’AP concluent un arrangement pour mettre fin à la guerre commerciale

L'AP déclare qu'Israël a accepté l'importation du bétail directement de l'étranger ; Bennett affirme que les Palestiniens ont consenti à lever le boycott sur la viande israélienne

Des bovins au kibboutz Sarid à Emek Yezreel, le 24 janvier 2017 (Crédit :  Anat Hermoni/Flash90)
Des bovins au kibboutz Sarid à Emek Yezreel, le 24 janvier 2017 (Crédit : Anat Hermoni/Flash90)

Israël et l’Autorité palestinienne semblent être parvenus jeudi à un accord pour mettre fin à un différend commercial majeur dans lequel les deux parties ont imposé des restrictions draconiennes sur certains produits de l’autre partie.

Le ministre de la Défense Naftali Bennett a annoncé jeudi avoir levé l’interdiction des exportations de produits agricoles palestiniens après que l’Autorité palestinienne est revenue sur sa décision de baisser ses importations de veaux israéliens, mettant fin à des mois de querelle commerciale.

Les ministères de l’Economie et de l’Agriculture de l’Autorité palestinienne ont déclaré qu’Israël avait accepté d’autoriser les Palestiniens à importer directement du bétail de l’étranger et à mettre en place des stations de quarantaine pour celui-ci.

Parallèlement, Bennett a déclaré que l’AP avait accepté de lever son boycott des bovins de boucherie en provenance d’Israël.

Le ministère de l’Agriculture palestinien a fait état de son côté de la reprise immédiate des importations de « bétail, dont des veaux » et « de tous les produits et marchandises de tous les pays du monde sans obstacles ».

« Cela est le résultat de discussions directes et indirectes via des parties internationales, avec pour conséquence le retrait des mesures illégales israéliennes », a indiqué mercredi ce ministère dans un communiqué.

Un fonctionnaire palestinien, qui s’est exprimé sous le couvert de l’anonymat, a déclaré que les Palestiniens donneraient la priorité à l’importation de bétail de l’étranger mais se tourneraient vers les éleveurs de bétail israéliens pour compenser la demande qu’ils ne peuvent pas satisfaire avec le marché international.

Affirmant vouloir réduire sa dépendance vis-à-vis des producteurs israéliens, l’Autorité palestinienne avait baissé en septembre de façon significative ses importations de veaux.

Après l’échec de négociations, Israël avait riposté le 2 février en bloquant l’entrée des produits agricoles palestiniens sur son sol.

L’Autorité palestinienne avait à son tour réagi en prenant une décision similaire, visant des produits de consommation israéliens.

La dispute commerciale s’est intensifiée lorsque l’Etat hébreu avait interdit aux agriculteurs palestiniens l’exportation à l’étranger de leurs produits via le point de passage d’Allenby.

Contrôlé par Israël, ce point de passage relie la Cisjordanie à la Jordanie, d’où les produits peuvent ensuite être acheminés vers le reste du monde.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...