Israël évitera les oeufs européens en raison du risque de pesticides
Rechercher

Israël évitera les oeufs européens en raison du risque de pesticides

Les quotas locaux seront réexaminés pour tenter d'éviter l'importation d'oeufs pour les fêtes suite à l'énorme contamination au Fipronil dans certains pays de l'UE

Un poulet dans un poulailler dans une ferme biologique de Givat Olam, près de l'implantation d'Itamar, en Cisjordanie, le 9 avril 2012 (Crédit : Nati Shohat/FLASH90)
Un poulet dans un poulailler dans une ferme biologique de Givat Olam, près de l'implantation d'Itamar, en Cisjordanie, le 9 avril 2012 (Crédit : Nati Shohat/FLASH90)

Une contamination massive au pesticide des oeufs européens a mené le ministère israélien de l’Agriculture et du Développement rural à déterminer un plan qui garantira que le pays aura suffisamment d’oeufs locaux pour les prochaines fêtes juives, qui sont traditionnellement une période élevée de consommation de cet aliment.

Des millions d’oeufs en Europe ont été contaminés par le Fipronil, un pesticide, une contamination qui a atteint au moins 15 pays européens et qui s’est étendue jusqu’à Hong-Kong. Ce pesticide est utilisé pour traiter les mites et les autres insectes mais il est interdit d’utilisation sur les animaux qui entrent dans la chaîne alimentaire humaine. L’ingestion d’importantes quantités de ce pesticide peut avoir de grosses répercussions sur le foie, le rein ou la glande thyroïde.

L’industrie de la volaille en Israël est contrôlée par un système de quotas, selon lequel les agriculteurs ne peuvent produire qu’un certain nombre d’oeufs pour éviter une baisse des prix. Au cours des périodes de fêtes – où la consommation d’oeufs israéliens connaît un pic – le ministère importe parfois des oeufs pour répondre aux besoins tout en maintenant au mieux la stabilité de la production locale.

Mardi, le ministère de l’Agriculture a fait savoir qu’en raison de cette crise sanitaire européenne, il réexaminerait les quotas locaux et qu’il en annoncerait de nouveaux dans 10 jours.

Le directeur du ministère de l’Agriculture Shlomo Ben Eliyahu a promis que « le pays ne manquera pas d’un seul oeuf » pour la période des fêtes.

Un ultra-orthodoxe porte des oeufs à Jérusalem, le 5 avril 2009 (Crédit : Matanya Tausig/Flash90)
Un ultra-orthodoxe porte des oeufs à Jérusalem, le 5 avril 2009 (Crédit : Matanya Tausig/Flash90)

Au mois de juillet, avant que l’information portant sur la contamination des oeufs européens ne soit connue, le ministère avait déclaré qu’il autoriserait l’importation de 30 millions d’oeufs durant la saison automnale des fêtes, qui comprend le nouvel an juif de Rosh HaShana et Souccot. Les responsables avaient décidé d’importer des oeufs depuis l’Italie, l’Espagne et le Portugal. Durant les dernières fêtes de Pessah, le ministère avait donné le feu vert à l’importation de 100 millions d’oeufs.

Cette initiative avait suscité la colère des 3 000 éleveurs de volailles israéliens, qui avaient accusé le ministère d’autoriser l’entrée d’un trop grand nombre d’oeufs dans le pays et d’entamer leurs bénéfices.

« La raison pour laquelle le ministère de l’Agriculture, supposé être responsable du renforcement de l’agriculture israélienne, choisit de transformer Israël en receveur de l’excédent européen en termes de production d’oeufs n’est pas claire pour nous », avait ainsi déclaré le secrétaire de l’Association des éleveurs de poulet Motti Elkabetz.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...