Israël en guerre - Jour 261

Rechercher

Israël-Hamas : réunion mercredi en Jordanie entre Abdallah II, Sissi et Abbas

Le sommet tripartite s'inscrit dans le cadre des "efforts déployés par la Jordanie afin de coordonner les positions arabes pour obtenir un cessez-le-feu immédiat dans la bande de Gaza et la livraison ininterrompue d'aide humanitaire"

Illustration: Le président égyptien Abdel Fattah al-Sissi, à droite, saluant le dirigeant de l'AP Mahmoud Abbas, au centre, et le roi Abdallah II de Jordanie, lors d'une conférence au siège de la Ligue arabe, au Caire, en Égypte, le 12 février 2023. (Crédit : Amr Nabil/AP Photo)
Illustration: Le président égyptien Abdel Fattah al-Sissi, à droite, saluant le dirigeant de l'AP Mahmoud Abbas, au centre, et le roi Abdallah II de Jordanie, lors d'une conférence au siège de la Ligue arabe, au Caire, en Égypte, le 12 février 2023. (Crédit : Amr Nabil/AP Photo)

La Jordanie accueille mercredi une rencontre réunissant le roi Abdallah II et les présidents égyptien Abdel Fattah al-Sissi et le chef de l’Autorité palestinienne Mahmoud Abbas, pour discuter des « dangereux développements » à Gaza et la « situation en Cisjordanie », a annoncé le palais royal jordanien mardi soir.

Le sommet tripartite se tiendra à Aqaba (sud) dans le cadre des « efforts déployés par la Jordanie afin de coordonner les positions arabes pour obtenir un cessez-le-feu immédiat dans la bande de Gaza et la livraison ininterrompue d’aide humanitaire », selon un communiqué.

Abdallah II avait appelé dimanche les Etats-Unis à faire pression sur Israël pour obtenir un « cessez-le-feu immédiat », soulignant notamment la nécessité de mettre fin à la « tragique crise humanitaire dans la bande de Gaza », en recevant le secrétaire d’Etat américain, Antony Blinken, en tournée dans la région.

Les organisations internationales alertent sur le désastre sanitaire à Gaza, où 85% de la population a été déplacée, et où l’aide humanitaire arrive en quantité insuffisante, notamment via le point de passage de Rafah, situé entre la bande de Gaza et l’Egypte, pays médiateur incontournable dans le conflit israélo-palestinien.

Dimanche, le souverain jordanien avait d’autre part mis en garde contre les « répercussions catastrophiques » d’une poursuite des hostilités et dénoncé « les actes de violence commis par des colons extrémistes contre les Palestiniens », en Cisjordanie notamment, où le conflit a aussi fait monter la violence à un niveau inédit depuis près de vingt ans.

A Tel-Aviv, Antony Blinken a appelé mardi Israël à épargner les civils palestiniens dans sa guerre contre le Hamas dans la bande de Gaza, entrée dimanche dans son quatrième mois et faisant plus de 23 210 morts dans le territoire palestinien. Les chiffres publiés par le groupe terroriste sont invérifiables, et ils incluraient ses propres terroristes et hommes armés, tués en Israël et à Gaza, et les civils tués par les centaines de roquettes tirées par les groupes terroristes qui retombent à l’intérieur de la bande de Gaza.

Le secrétaire d’Etat américain Antony Blinken s’exprime lors d’une conférence de presse à Tel Aviv, le 9 janvier 2024. (Crédit : Lazar Berman / The Times of Israel)

Sa tournée, qui doit encore le conduire mercredi en Cisjordanie et en Egypte, vise notamment à essayer d’éviter un débordement du conflit dans la région et empêcher « un cycle sans fin de violences ».

Répondant à une question sur l’extension possible du conflit, Blinken déclare que les alliés régionaux lui ont dit que « l’escalade n’est dans l’intérêt de personne ».

« Personne ne veut voir s’ouvrir d’autres fronts dans ce conflit », ajoute-t-il, précisant que « les pays de la région usent de leur influence pour s’assurer que cela ne se produise pas ».

« Nous soutenons fermement l’idée que les Israéliens ont besoin de sécurité pour pouvoir retourner chez eux dans le nord d’Israël », déclare Blinken.

« De même, nous pensons, tout comme le gouvernement israélien, que la voie diplomatique est le meilleur moyen d’assurer cette sécurité », poursuit-il.

« Si nos forces sont menacées ou attaquées, nous prendrons les mesures qui s’imposent et nous réagirons », promet Blinken, interrogé sur les attaques contre les troupes américaines dans la région.

En savoir plus sur :
S'inscrire ou se connecter
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
Se connecter avec
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation
S'inscrire pour continuer
Se connecter avec
Se connecter pour continuer
S'inscrire ou se connecter
Se connecter avec
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un email à gal@rgbmedia.org.
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.
image
Inscrivez-vous gratuitement
et continuez votre lecture
L'inscription vous permet également de commenter les articles et nous aide à améliorer votre expérience. Cela ne prend que quelques secondes.
Déjà inscrit ? Entrez votre email pour vous connecter.
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
SE CONNECTER AVEC
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation. Une fois inscrit, vous recevrez gratuitement notre Une du Jour.
Register to continue
SE CONNECTER AVEC
Log in to continue
Connectez-vous ou inscrivez-vous
SE CONNECTER AVEC
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un e-mail à .
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.