Israël juge « terroriste » le bras étudiant du FPLP, les Palestiniens réfutent
Rechercher

Israël juge « terroriste » le bras étudiant du FPLP, les Palestiniens réfutent

L'armée soutient que ce mouvement étudiant "recrutait des jeunes hommes pour commettre des actes de terrorisme"

Des Palestiniens participent à un rassemblement marquant le 52e anniversaire du Front populaire de libération de la Palestine (FPLP), dans la ville de Gaza, le 7 décembre 2019. (Crédit : AP Photo/Hatem Moussa)
Des Palestiniens participent à un rassemblement marquant le 52e anniversaire du Front populaire de libération de la Palestine (FPLP), dans la ville de Gaza, le 7 décembre 2019. (Crédit : AP Photo/Hatem Moussa)

Des responsables palestiniens ont condamné jeudi la décision d’Israël de considérer la branche étudiante du Front populaire de libération de la Palestine (FPLP) comme une organisation « terroriste ».

L’Etat hébreu, de même que l’Union européenne, considèrent depuis des années le FPLP, groupe armé palestinien d’obédience marxiste – lié selon les autorités israéliennes au meurtre l’an dernier d’une adolescente israélienne en Cisjordanie –, comme une organisation terroriste.

Dans un communiqué diffusé mercredi, le général israélien Tamir Yadaï, commandant pour la région du « centre », qui correspond au territoire de la Cisjordanie, a indiqué que l’armée israélienne considérait le bloc « Pôle démocratique progressiste », bras étudiant du FPLP, comme une organisation « illégale et terroriste ».

La branche étudiante du FPLP a commis « pendant des années » des « actes de destruction ayant causé la mort de nombreux citoyens israéliens », a accusé l’armée, soutenant que ce mouvement étudiant « recrutait des jeunes hommes pour commettre des actes de terrorisme ».

Le haut responsable de l’OLP Ahmed Majdalani. (Capture d’écran : YouTube)

Le ministre palestinien du Développement social, Ahmed Majdalani, a dénoncé jeudi cette décision affirmant, dans une déclaration à l’AFP, que « Pôle démocratique progressiste » était une « organisation étudiante et non armée ».

Les autorités israéliennes ont multiplié les arrestations de personnes jugées proches de ce mouvement, plusieurs militants interpellés disant toutefois être liés à la branche politique et non militaire du mouvement.

Cette annonce des autorités israéliennes est « dangereuse » car elle risque de « renforcer » la « répression » contre les jeunes militants palestiniens, a ajouté M. Majdalani.

Dans son communiqué, l’armée israélienne a identifié des militants de la branche étudiante du FPLP arrêtés ces derniers mois pour leur participation à « des activités terroristes contre Israël ».

Les autorités israéliennes ont arrêté « plus de 60 étudiants palestiniens depuis le début de l’année », a affirmé à l’AFP un responsable du dossier de la jeunesse au FPLP, Ahmed Al-Tanani, ajoutant craindre de nouvelles vagues d’arrestation.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...