Israël : nouvelle manifestation de « gilets jaunes » contre des hausses de prix
Rechercher

Israël : nouvelle manifestation de « gilets jaunes » contre des hausses de prix

Plus de 20 % de la population en Israël vit sous le seuil de pauvreté et l'envolée des prix de l'immobilier frappe de plein fouet les classes moyennes

Les manifestations en gilets jaunes atteignent Israël alors que des centaines de personnes protestent contre la hausse du coût de la vie près des quartiers du gouvernement à Tel Aviv le 14 décembre 2018. (Crédit : Miriam Alster / Flash90)
Les manifestations en gilets jaunes atteignent Israël alors que des centaines de personnes protestent contre la hausse du coût de la vie près des quartiers du gouvernement à Tel Aviv le 14 décembre 2018. (Crédit : Miriam Alster / Flash90)

Des centaines d’Israéliens portant des gilets jaunes pour imiter le mouvement de contestation sociale en France ont manifesté samedi à Tel Aviv pour dénoncer notamment la hausse des prix de l’eau et de l’électricité prévue en 2019.

En réponse à des appels sur les réseaux sociaux, les manifestants ont brandi des pancartes sur lesquelles était écrit : « le gouvernement contre le peuple, le peuple contre le gouvernement », « luttons contre la vie chère », « arrêtez de jeter de l’argent dans les implantations » israéliennes de Cisjordanie.

Le 14 décembre, les premières manifestations de « gilets jaunes » israéliens avaient eu lieu à Tel-Aviv et Jérusalem pour protester contre le renchérissement de certains aliments ainsi que de l’eau et de l’électricité.

Mis sous pression, le ministre des Finances Moshe Kahlon avait ensuite négocié avec des grands groupes alimentaires le report d’une partie de ces augmentations et indiqué aux médias qu’il espérait réduire au minimum la hausse des tarifs de l’électricité.

Selon les médias israéliens, le nombre de manifestants samedi était en baisse par rapport au rassemblement précédent.

Moshe Kahlon, ministre des Finances et président de Koulanou, pendant une réunion de son parti à la Knesset, le 23 mai 2016. (Crédit : Miriam Alster/Flash90)

En 2011, des dizaines de milliers de personnes avaient participé à un large mouvement de contestation sociale en Israël contre la vie chère. La mobilisation n’avait toutefois pas apporté de changements importants.

Le gouvernement de droite de Benjamin Netanyahu se targue d’une croissance qui devrait atteindre environ 3 % en 2018, d’un taux de chômage inférieur à 5 % et d’une inflation de moins de 2 %.

Mais plus de 20 % de la population en Israël vit sous le seuil de pauvreté et l’envolée des prix de l’immobilier frappe de plein fouet les classes moyennes et les jeunes couples.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...