Israël rejoint le projet culturel et scientifique de Google « Once Upon a Try »
Rechercher

Israël rejoint le projet culturel et scientifique de Google « Once Upon a Try »

La Bibliothèque nationale d'Israël propose trois expositions sur Newton, d'anciennes cartes et la production de colorants

Une carte de Jérusalem des années 1670-1700 par Romeyn de Hooghe, de l'exposition "Cartes de la Terre sainte et Jérusalem", pour le projet international d'exposition en ligne de Google "Il était une tentative".  (Bibliothèque nationale d'Israël)
Une carte de Jérusalem des années 1670-1700 par Romeyn de Hooghe, de l'exposition "Cartes de la Terre sainte et Jérusalem", pour le projet international d'exposition en ligne de Google "Il était une tentative". (Bibliothèque nationale d'Israël)

Mercredi, la Bibliothèque nationale a annoncé qu’elle allait être la première institution israélienne à rejoindre le projet Google « Once Upon a Try » [Il était une tentative], une exposition numérique de grande ampleur sur des inventions, des découvertes scientifiques et les génies qui en sont à l’origine.

Lancé mercredi, le projet rassemble des collections de 119 institutions de 23 pays, dont la NASA, le CERN, le Musée américain national de l’Aviation et de l’Espace. Son site internet propose une exposition de réalité augmentée sur le Big Bang développée par le CERN, l’acronyme pour le Centre de européen de recherche nucléaire, qui opère le célèbre Grand collisionneur de hadrons. Une des 400 expositions interactives comprend une visite à l’intérieur du collisionneur.

Des premières têtes de haches à une exposition sur l’imagerie satellite technique de la NASA, des racines anciennes de la poudre à canon aux inventions plus tardives des toilettes et de la brosse à dent, d’une image en haute résolution de la première carte connue des Amériques datant de 1508 aux lettres d’Albert Einstein – disponibles en ligne pour la première fois – le site internet « Once Upon a Try » s’efforce d’exposer et de rendre accessible les grands moments de l’exploration et de la découverte humaine.

La Bibliothèque nationale a contribué à trois expositions du projet.

Une image de Sir Isaac newton qui fait partie de la famille généalogique de Newton, dans l’exposition des « Documents théologiques d’Isaac Newton », pour le projet international d’exposition en ligne de Google « Il était une tentative ». (Bibliothèque nationale d’Israël)

« Les documents théologiques d’Isaac Newton » mobilisent la collection de 8 000 documents de Newton de l’institution israélienne pour décrire la pensée religieuse moins connue du grand scientifique, et son « intérêt profond dans les sources juives ».

« Les cartes de la Terre Sainte et de Jérusalem » est une exposition basée sur 1 500 cartes de Jérusalem et de la terre d’Israël conservée dans la Collection cartographique Eran Laor de la bibliothèque. Elles proviennent de cinq siècles de cartographies réalisées par des pèlerins, des explorateurs, des soldats et des savants.

« Teinture : la course pour révolutionner la couleur rouge » propose un regard détaillé sur l’histoire de l’industrie de la teinture à travers « une petite histoire qui s’étend sur de nombreux siècles et cultures » et se concentre sur « un minuscule insecte ».

« Traité de la culture du figuier de Barbarie et de l’éducation de la cochenille dans les colonies françaises d’Amérique », par Thierry de Menonville, 1787, dans l’exposition « Coloration » de la Bibliothèque nationale d’Israël sur l’histoire de l’industrie de la coloration, pour le projet international d’exposition en ligne de Google « Il était une tentative ». (Bibliothèque nationale d’Israël)

« La Bibliothèque nationale est fière de partager nos trésors avec le monde en participant à cette initiative importante, qui raconte l’histoire derrière les développements majeurs ayant eu un impact sur l’histoire humaine et la culture », a déclaré le directeur de la bibliothèque Oren Weinberg.

« Once Upon a Try » met aussi en lumière les contributions des femmes scientifiques, comme la première programmeuse informatique Ada Lovelace, la pionnière de l’étude des dinosaures Mary Anning et Dorothea Minola Alice Bate, née en 1878 et qui a été l’une des premières et principales figures de l’étude scientifique des fossiles d’animaux – et la première femme à être employée par le Musée d’histoire naturelle de Londres en tant que scientifique.

Dans une collaboration entre la NASA et Google, l’exposition met en lumière des archives de la NASA de 127 000 images de l’espace lointain en utilisant « l’outil de narration proposé par l’apprentissage automatique de Google ».

La nurserie d’étoile LH 95 dans le Grand Nuage de Magellan. (NASA / HubbleSite / domaine public)

Le directeur Art et culture de Google qui s’occupe du projet, Amit Sood, a déclaré dans un communiqué mercredi que l’entreprise espère que le nouveau projet inspirera des futures découvertes et « donnera aux gens une motivation supplémentaire pour trouver leur propre moment eurêka« .

On peut avoir accès au projet « Once Upon A Try » via le site internet Art et culture de Google, mais aussi sur les applications iOS et Android.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...