Israël rejoint un nouveau forum régional en vue de vendre du gaz à l’Europe
Rechercher

Israël rejoint un nouveau forum régional en vue de vendre du gaz à l’Europe

L'État juif s'associe à l'Égypte, la Jordanie, la Grèce, Chypre, l'Italie et l'AP pour officialiser le club énergétique de Méditerranée orientale; la Turquie est ignorée

Le ministre israélien de l'Energie, Yuval Steinitz, pose avec une copie des statuts du EastMed Gas Forum (EMGF), signés par Israël, l'Egypte, la Jordanie, la Grèce, Chypre, l'Italie et l'Autorité palestinienne, le 22 septembre 2020. (Ministère de l'Energie)
Le ministre israélien de l'Energie, Yuval Steinitz, pose avec une copie des statuts du EastMed Gas Forum (EMGF), signés par Israël, l'Egypte, la Jordanie, la Grèce, Chypre, l'Italie et l'Autorité palestinienne, le 22 septembre 2020. (Ministère de l'Energie)

Dans un contexte de changements géopolitiques accélérés au Moyen-Orient, Israël a rejoint mardi l’Égypte, la Jordanie, la Grèce, Chypre, l’Italie et l’Autorité palestinienne pour signer les statuts du EastMed Gas Forum (EMGF), établissant officiellement Israël et l’Égypte comme une organisation intergouvernementale régionale, basée au Caire.

Le forum veut coopérer à la mise en place d’un gazoduc de gaz naturel reliant Israël, la Grèce et Chypre à l’Italie et à l’Europe. L’objectif final est d’approvisionner le continent avec 10 % de son gaz.

Le forum a été lancé il y a trois ans par le ministre de l’Energie Yuval Steinitz avec son homologue égyptien, Tarek El Mula. Les Égyptiens ont organisé la signature en ligne de mardi, qui a suivi l’encrage d’un protocole d’accord en janvier.

Les directeurs généraux des ministères de l’Energie de chaque pays membre vont maintenant former un groupe de travail pour faire avancer les choses, tandis qu’un comité consultatif sera mis en place pour inclure les entreprises énergétiques internationales du secteur privé.

La France a demandé à rejoindre l’organisme et l’Union européenne et les États-Unis y participent en tant qu’observateurs. Ces derniers sont particulièrement soucieux de maîtriser la puissance de la Russie, qui demeurait l’an dernier le plus grand fournisseur de gaz naturel et de pétrole de l’UE, devant la Norvège.

Le ministre israélien de l’Energie, Yuval Steinitz, pose avec une copie des statuts du EastMed Gas Forum (EMGF), signés par Israël, l’Egypte, la Jordanie, la Grèce, Chypre, l’Italie et l’Autorité palestinienne, le 22 septembre 2020. (Ministère de l’Energie)

La déclaration conjointe signée mardi indique que le EMGF « contribuera à faire progresser la stabilité et la prospérité régionales, en créant un environnement de confiance, de prospérité, de stabilité et de relations de voisinage grâce à la coopération énergétique régionale ».

Le forum, poursuit-elle, est « ouvert à tout pays de la Méditerranée orientale qui souhaite devenir membre et à tout autre pays, organisation régionale ou internationale qui souhaite devenir observateur, étant donné qu’ils partagent les mêmes valeurs et objectifs que le EMGF et la volonté de coopérer pour le bien-être de toute la région ».

Steinitz a déclaré que la « bénédiction » du gaz naturel avait apporté une coopération régionale avec les pays européens et arabes et que les accords israéliens existants d’une valeur de 30 millions de dollars pour exporter du gaz vers l’Egypte et la Jordanie n’étaient « qu’un début ».

Les champs de gaz israéliens Tamar et Leviathan – ainsi que les champs plus petits Karish et Tanin qui devraient entrer en production en 2021 – sont considérés comme une aubaine pour une nation qui a toujours été privée de ressources naturelles.

L’éléphant dans la pièce était la Turquie qui, au grand dam de l’UE et d’autres États, a effectué des forages exploratoires dans les eaux revendiquées par Chypre et la Grèce. Le mois dernier, elle a envoyé un navire de reconnaissance dans les eaux revendiquées par la Grèce, escorté par des navires de guerre

Le mois dernier, la chaîne d’information économique américaine CNBC a cité Hami Aksoy, le porte-parole du ministère turc des Affaires étrangères, suggérant que le nouveau forum était une « alliance malveillante ».

Sur cette photo du ministère turc de la Défense, le navire de recherche turc Oruc Reis, en rouge et blanc est encadré par des navires de la marine turque, alors qu’il se dirige vers l’ouest d’Antalya en mer Méditerranée, 10 août 2020. (Ministère de la Défense turc via AP)
En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...