Rechercher

Israël se rend aux urnes mardi : voici comment voter

Comment trouver son bureau de vote et que faire sur place ? Le ToI vous indique la marche à suivre

Carrie Keller-Lynn est la correspondante politique et juridique du Times of Israël.

Des Israéliens votent dans un bureau de vote de Jérusalem, pour l'élection de la 24e Knesset, le 23 mars 2021. (Crédit : Olivier Fitoussi/Flash90)
Des Israéliens votent dans un bureau de vote de Jérusalem, pour l'élection de la 24e Knesset, le 23 mars 2021. (Crédit : Olivier Fitoussi/Flash90)

Mardi, 6 788 804 électeurs israéliens sont appelés à voter pour élire la 25e Knesset d’Israël.

Si vous êtes l’un d’entre eux, le Times of Israel vous guide tout au long du processus de vote, pour vous assurer que votre vote pour l’un des 39 partis en lice sera dûment décompté.

La plupart des quelque 12 000 bureaux de vote du pays ouvriront leurs portes de 7h à 22h. Les électeurs entrés avant l’heure de fermeture pourront tranquillement voter.

Dans certaines régions rurales, les bureaux de vote spécialisés ouvriront leurs portes une heure plus tard, à 8h. Il est donc possible qu’en route pour la plage, vous trouviez porte close.

Les citoyens israéliens âgés de 18 ans et plus le jour du scrutin sont habilités à voter.

Certes, les jeunes Israéliens peuvent, dès l’âge de 17 ans, voter pour les élections municipales, mais cela ne s’applique pas aux élections nationales.

Les olim ayant procédé à leur demande de citoyenneté au moins 60 jours avant les élections du 1er novembre sont eux aussi autorisés à voter, ce qui est le cas des quelque 45 000 nouveaux Israéliens arrivés à la fin du mois d’août.

L’inscription est automatique, corrélée au registre de la population.

Bulletins de vote pour les élections à la Knesset, le 23 mars 2021. (Crédit : Avi Roccah/Flash90)

Contrairement à d’autres pays, Israël ne prive pas les personnes incarcérées de leur droit de vote. Cette année, 55 bureaux de vote seront déployés dans les prisons afin de permettre le vote de la population carcérale.

Les Israéliens à l’étranger ou éloignés de leur bureau de vote le jour du scrutin ne peuvent en principe pas voter, sauf exceptions spécifiques.

Israël n’autorise pas le vote par correspondance.

Seuls les quelque 4 500 Israéliens en poste à l’étranger en qualité de diplomates, représentants d’autres ministères, de l’armée ou de la police, avec leurs familles, ont pu voter à distance.

Ce vote spécifique s’est terminé le 20 octobre.

Même au sein de la start-up nation, on utilise des bulletins et des listes électorales papier. Et l’on vote dans des bureaux attribués en fonction de l’adresse figurant dans les registres.

Des bureaux spéciaux sont mis à disposition de ceux qui ont des besoins spécifiques, comme les soldats, les personnes âgées pensionnaires d’établissements de soins, les patients hospitalisés ou personnes handicapées.

Si vous appartenez à l’une de ces catégories, vous devrez apporter une preuve de votre admissibilité à un bureau spécial ou signer une déclaration attestant de votre besoin.

Tout est fait pour dissuader les Israéliens indélicats d’abuser de ces bureaux spécifiques pour s’épargner le déplacement vers le bureau assigné.

Il s’agit en outre d’une infraction pénale.

Il existe également 414 bureaux de vote spéciaux mis à disposition des électeurs en quarantaine, cas contact ou positifs au COVID-19.

Bureau de vote « drive in » lors d’une démonstration pour la presse des mesures prises pour lutter contre le coronavirus avant les élections, au centre logistique central des élections à Shoham, en Israël, le mardi 23 février 2021. (Crédit : AP/Sebastian Scheiner)

La plupart des électeurs sont informés de leur bureau de vote par courrier postal, voire de l’isoloir qui leur est attribué au sein des très grands bureaux de vote.

Il est possible de vérifier ces informations en ligne, en saisissant un numéro d’identification (mispar zehut) et la date d’émission de la carte d’identité.

Certains Israéliens doivent effectuer de longs déplacements pour voter, ce qui est le cas des étudiants et des personnes qui ont anticipé cette journée fériée pour faire le pont.

À cette occasion, les transports en commun interurbains sont gratuits pour ceux qui peuvent attester de la nécessité de se déplacer.

Avant de monter à bord du bus, assurez-vous d’avoir avec vous l’une des trois pièces d’identité avec photo émises par l’État d’Israël et acceptées dans l’isoloir, à savoir la carte d’identité (te’udat zehut), le permis de conduire ou le passeport.

Une fois arrivé au bureau de vote assigné, c’est très simple.

À l’abri des regards, on choisit parmi le grand nombre de bulletins papier, chacun contenant le nom d’un parti, celui qui nous plait.

Il peut être difficile de s’y retrouver, au milieu de tous ces codes composés d’une à quatre lettres, de sorte que des électeurs prennent souvent soin de mémoriser les lettres attribuées au parti qu’ils ont choisi avant de se présenter au bureau de vote.

Par exemple, le parti Yesh Atid du Premier ministre Yair Lapid utilise les lettres Pe-He (פה) et le Likud du chef de l’opposition Benjamin Netanyahu utilise Mem-Het-Lamed (מחל).

Bien que les partis conservent généralement les lettres utilisées lors des précédents scrutins, il peut arriver, à la faveur de la création de nouveaux partis ou d’autres mouvements politiques, que les codes changent – aussi est-il préférable de se familiariser avec les lettres à rechercher avant le 1er novembre.

Le Premier ministre et chef du parti du Likoud, Benjamin Netanyahu, vote, avec son épouse Sara Netanyahu dans un bureau de vote à Jérusalem, lors des élections à la Knesset, le 23 mars 2021. (Crédit : Marc Israel Sellem/Pool/Flash90)

Une pile de bulletins vierges est également disponible, qui n’a pas vocation à la rédaction de messages mais à permettre l’expression du vote, lorsque le bureau n’a plus de bulletins du parti pour lequel vous souhaitez voter.

Dans ce cas, il suffit d’écrire très lisiblement, en majuscules, le code alphabétique du parti de votre choix.

Il sera lu, manuellement, par un agent électoral épuisé, tard dans la soirée de mardi ou aux premières heures, mercredi.

Après avoir glissé le bulletin de vote dans une enveloppe – ou, si vous vous trouvez dans un bureau de vote spécial, dans deux enveloppes, utilisées pour joindre un nom au bulletin de vote et faire référence à une liste spécifique pour éviter le double suffrage – déposez l’enveloppe dans l’urne bleue et attendez les résultats.

L’essentiel des dépouillements est effectué directement au bureau de vote ou au siège régional.

Le décompte final et les bulletins de vote sont ensuite acheminés à la Knesset pour enregistrement des résultats par la Commission électorale centrale.

Bien que les résultats officiels ne soient attendus que dans les huit jours suivant le scrutin, les résultats définitifs devraient être disponibles dès cette semaine.

Il y a de cela quelques jours, la directrice générale de la CEC disait que le scrutin était l’opération civile de la plus grande ampleur dans le pays.

Pourtant, ce n’est qu’une étape dans un processus politique plus vaste encore.

Après les élections, les Israéliens devront encore attendre des jours, des semaines, voire des mois avant de savoir si un gouvernement sera formé et qui en fera partie.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...