Israël soutient l’enquête sur l’origine du Covid-19 et sur la réaction de l’OMS
Rechercher

Israël soutient l’enquête sur l’origine du Covid-19 et sur la réaction de l’OMS

La motion de l'UE, qui a été condamnée par la Chine, a obtenu le soutien de plus de la moitié des pays membres de l'OMS et sera discutée cette semaine lors d'une réunion en ligne

Raphael Ahren est le correspondant diplomatique du Times of Israël

Le siège de l'Organisation mondiale de la Santé, à Genève, en Suisse. Illustration. (Crédit : Thorkild Tylleskar/CC BY-SA/Wikipedia)
Le siège de l'Organisation mondiale de la Santé, à Genève, en Suisse. Illustration. (Crédit : Thorkild Tylleskar/CC BY-SA/Wikipedia)

Le ministère des Affaires étrangères a déclaré lundi qu’il soutiendrait une évaluation indépendante de la réaction de l’Organisation mondiale de la santé (OMS) à la pandémie de coronavirus qui enquêtera sur les origines du nouveau coronavirus.

La motion de l’UE, qui a été condamnée par la Chine, a obtenu le soutien de plus de la moitié des pays membres de l’OMS et sera discutée cette semaine lors d’une réunion de l’instance de décision de l’agence sanitaire onusienne, qui se tiendra en ligne cette année.

La proposition vise à lancer « un processus progressif d’évaluation impartiale, indépendante et complète » des efforts déployés par l’OMS pour coordonner la lutte internationale contre la Covid-19, y compris le fonctionnement du droit international de la santé et ses actions au sein du système de santé des Nations unies dans son ensemble.

L’Australie a été considérée comme un leader dans la mobilisation du soutien mondial en faveur d’une enquête comprenant une recherche sur les origines du virus, ce qui lui a valu des critiques de la Chine, qui l’a accusée de se substituer aux États-Unis et de suggérer un boycott des exportations et services chinois.

Les États-Unis ont accusé la Chine d’avoir créé le virus dans un laboratoire et d’avoir tenté de dissimuler ce fait, ainsi que de ne pas avoir averti le reste du monde au sujet de la maladie.

Dans son discours d’ouverture de l’Assemblée mondiale de la santé, le chef des Nations unies Antonio Guterres a déclaré que le monde payait un « lourd tribut » face à l’absence de stratégies cohérentes contre le virus, dénonçant les pays ayant été réticents à appliquer les directives sanitaires ou les ayant ignorées.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...