Rechercher

Israël va acheter aux USA des hélicoptères lourds et des avions de ravitaillement

La vente s'établira à 3,1 milliards de dollars, les fonds provenant de l'aide militaire fournie par Washington à Jérusalem, et visera à contrer la menace que représente Téhéran

Judah Ari Gross est le correspondant militaire du Times of Israël.

Photographie non datée d'un hélicoptère de transport lourd Sikorsky CH-53K King Stallion. Israël a signé un accord pour en acheter aux États-Unis le 30 décembre 2021. (Crédit : Lockheed Martin)
Photographie non datée d'un hélicoptère de transport lourd Sikorsky CH-53K King Stallion. Israël a signé un accord pour en acheter aux États-Unis le 30 décembre 2021. (Crédit : Lockheed Martin)

Israël a signé jeudi un accord attendu depuis longtemps pour l’achat d’une dizaine d’hélicoptères de transport lourd et de deux avions de ravitaillement supplémentaires aux États-Unis, dans le cadre d’un contrat d’armement d’une valeur de plus de 3 milliards de dollars, a déclaré le ministère de la Défense.

Ces appareils, ainsi qu’un certain nombre d’avions de combat F-35 supplémentaires qu’Israël prévoit d’acheter aux États-Unis, sont spécifiquement destinés à contrer les menaces posées par l’Iran, notamment son programme nucléaire.

Selon le ministère, outre les avions de chasse, les hélicoptères de transport et les avions de ravitaillement, cet achat comprend « des munitions aériennes avancées, des systèmes de défense aérienne, de nouvelles plateformes navales et terrestres, ainsi que des systèmes informatiques et numériques ».

Les 12 hélicoptères de transport lourd CH-53K Sikorsky CH-53K King Stallion remplaceront la flotte vieillissante d’hélicoptères CH-53 Sea Stallion d’Israël, qui sont utilisés depuis plus d’un demi-siècle et qui ont connu un certain nombre de problèmes de maintenance ces dernières années. Les premiers hélicoptères CH-53K devraient arriver en Israël en 2026, selon le ministère.

En vertu de l’accord, Israël aura la possibilité d’acheter à l’avenir six autres hélicoptères CH-53K.

En outre, la délégation du département des achats du ministère a signé un accord pour l’achat de deux autres avions de ravitaillement Boeing KC-46, qui seraient nécessaires pour mener des frappes contre des cibles en Iran, à quelque 2 000 kilomètres d’Israël et loin du rayon d’action habituel des avions israéliens.

Une photographie non datée d’un avion de ravitaillement Boeing KC-46. Israël a signé un accord pour en acheter aux États-Unis le 30 décembre 2021. (Crédit : Boeing)

Israël a déjà accepté d’acheter deux de ces avions de ravitaillement, dont la livraison est prévue en 2025. Israël a demandé que cette date soit avancée d’un an – ce qui obligerait les États-Unis à renoncer à leur place dans la file d’attente pour recevoir les avions de Boeing – mais Washington a jusqu’à présent rejeté cette demande.

La transaction sur les hélicoptères coûtera à Israël environ 2 milliards de dollars et les ravitailleurs coûteront 1,1 milliard de dollars supplémentaires, l’argent provenant des 3,8 milliards de dollars qu’Israël reçoit de Washington dans le cadre du protocole d’accord de 10 ans entre les deux pays, a déclaré le ministère.

L’achat de ces appareils s’inscrit dans le cadre d’un effort plus large, mené par le ministère de la Défense avec l’armée israélienne depuis un an et demi, pour renforcer les capacités et la constitution de forces de Tsahal contre les menaces actuelles et futures, principalement celles posées par le « troisième cercle », a déclaré le ministère de la Défense.

Dans le langage militaire israélien, le premier anneau désigne les menaces directement aux frontières du pays, le deuxième anneau désigne les ennemis un peu plus éloignés, comme ceux d’Irak ou du Yémen, et le troisième anneau désigne ceux qui sont encore plus éloignés – dans la pratique, il est presque exclusivement utilisé en relation avec l’Iran.

Le ministre de la Défense, Benny Gantz, a négocié les approbations initiales des ventes avec les responsables américains. Le budget a ensuite été approuvé par le comité ministériel pour les acquisitions militaires et par le comité budgétaire conjoint de la Knesset pour la défense, a indiqué le bureau de Gantz. Cet été, le département d’État américain a également approuvé la vente des hélicoptères en déclarant qu’il était « vital pour les intérêts nationaux américains d’aider Israël à développer et à maintenir une capacité d’auto-défense forte et prête ».

Le ministre de la Défense a salué ces achats, déclarant dans un communiqué qu’ils constituaient un élément essentiel de la préparation de l’armée, notamment contre l’Iran.

« Nous continuons à nous renforcer, à changer et à adapter l’armée de l’air aux défis futurs, ceux qui sont proches et surtout ceux qui sont loin des frontières d’Israël », a-t-il déclaré.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...