Israël va planter des arbres près de la frontière contre les missiles anti-char
Rechercher

Israël va planter des arbres près de la frontière contre les missiles anti-char

Le projet vise à éviter que ne se reproduise l'attaque de mai, dans laquelle un homme avait été tué par un missile guidé Kornet alors qu'il conduisait

Des Israéliens autour d'une voiture touchée par un missile anti-tank lancé depuis Gaza, qui a tué un Israélien, près de Yad Mordechai, au sud d'Israël, le 5 mai 2019. (Crédit : Jack GUEZ / AFP)
Des Israéliens autour d'une voiture touchée par un missile anti-tank lancé depuis Gaza, qui a tué un Israélien, près de Yad Mordechai, au sud d'Israël, le 5 mai 2019. (Crédit : Jack GUEZ / AFP)

L’establishment de la défense israélienne prévoit de planter des arbres autour des maisons des communautés frontalières de Gaza afin d’obstruer la visibilité des missiles anti-tank tirés par des groupes terroristes, a rapporté mardi la Treizième chaîne.

Moshe Feder, 68 ans, a été tué en mai dernier lorsqu’un missile guidé Kornet a atterri sur sa voiture alors qu’il circulait sur la Route 34, près de la frontière gazaouïe. L’organisation terroriste du Hamas avait revendiqué l’attaque.

L’armée avait ultérieurement reconnu ne pas avoir perçu les risques posés aux automobilistes israéliens sur cette route, située au nord de la bande de Gaza.

D’après la Treizième chaîne, des cadres de la défense, dont le commandant de la Brigade du sud, a fait le tour des communautés proches de Gaza et localisé les maisons exposées aux risques de missiles anti-tank à qui le programme de plantation d’arbres pourrait profiter.

Moshe Feder, 68 ans, tué par un missile anti-char le 5 mai 2019. (Autorisation)

Le mois dernier, les travaux de construction d’un mur de 900 mètres de long suivant le tronçon de la Route 34 ont commencé. L’édifice visera à protéger les automobilistes. Des discussions sont également en cours au sujet de l’érection d’une barrière d’une dizaine de mètres de haut, a rapporté la Treizième chaîne.

Les travaux seront accompagnés d’autres mesures défensives dans la région, dont une barrière souterraine à la frontière gazaouïe, proposée par l’armée à la suite de la guerre de 2014. Lors des combats, le Hamas avait utilisé de manière intensive des réseaux de tunnels afin d’envoyer des combattants en Israël, ainsi que pour faire entrer des agents et des munitions dans la bande de Gaza.

Les travaux du projet du ministère de la Défense ont commencé sérieusement en 2016. D’après l’armée, ils doivent s’achever d’ici à la fin de l’année.

La barrière de 65 kilomètres est entièrement érigée côté israélien, à une distance de 50 à 300 mètres de la frontière.

Alors que le Hamas et d’autres organisations terroristes disposent depuis longtemps de missiles Kornet dans leur arsenal, leur prix élevé fait qu’ils sont généralement utilisés contre des cibles militaires majeures et non contre des civils.

Ils ont été utilisés à plusieurs reprises pendant la guerre de 2014, même s’ils se sont avérés peu efficaces car interceptés par les systèmes de défense Trophy.

Les forces de sécurité et les pompiers israéliens convergent vers un bus incendié après avoir été touché par une roquette tirée depuis l’enclave palestinienne, à la frontière entre Israël et Gaza, près du kibboutz de Kfar Aza, le 12 novembre 2018. (Crédit : Menahem KAHANA / AFP)

En avril 2011, l’organisation terroriste du Hamas avait lancé un missile Kornet sur un bus scolaire dans la région de Shaar Hanegev, à l’est de l’enclave, tuant un élève de 16 ans, Daniel Viflic.

Le Hamas, qui promet de détruire Israël, a pris le contrôle de la bande au détriment de l’Autorité palestinienne par la force en 2007, et gouverne de facto le territoire.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...