Rechercher

Israël va reconnaître la fibromyalgie comme un handicap

La décision a un impact sur de nombreux habitants du sud dont la maladie serait causée par les roquettes des groupes terroristes du Hamas et du Jihad islamique

Une femme souffrant de douleurs musculaires chroniques (Crédit : iStock via Getty Images)
Une femme souffrant de douleurs musculaires chroniques (Crédit : iStock via Getty Images)

Israël va reconnaître comme un handicap la fibromyalgie, une maladie autrefois largement ignorée qui implique des douleurs musculaires chroniques.

Les personnes atteintes de cette maladie seront reconnues comme handicapées en quelques semaines et pourront demander jusqu’à 40 % d’une allocation d’invalidité complète, a annoncé mardi le ministre du Bien-être et des Affaires sociales, Meir Cohen.

Cette mesure fait d’Israël l’un des premiers pays au monde à prendre des dispositions d’une telle portée pour les patients atteints de fibromyalgie.

La fibromyalgie se caractérise par des douleurs chroniques généralisées et, dans certains cas, par un épuisement physique, des difficultés cognitives et le sentiment que le sommeil ne soulage pas la fatigue. En tant que telle, elle empêche de nombreuses personnes de suivre une routine de travail normale.

Les données du ministère de la Santé et de l’Asaf, l’association israélienne de la fibromyalgie, suggèrent qu’environ 4 % des Israéliens, soit 240 000 personnes, sont touchés par la fibromyalgie et sa maladie sœur, le syndrome de fatigue chronique.

Le nombre de cas a particulièrement augmenté dans les communautés israéliennes proches de la frontière de Gaza, apparemment parce que cette maladie peut être déclenchée par un traumatisme.

Des roquettes sont lancées de la bande de Gaza vers Israël, le 10 mai 2021. (Crédit : AP Photo/Khalil Hamra)

Les personnes souffrant de fibromyalgie ont souvent exprimé leur frustration devant le fait qu’en l’absence de symptômes physiques apparaissant dans les analyses de sang ou les scanners, les professionnels de la santé ne prennent pas leur maladie au sérieux et les autorités ne leur apportent aucun soutien financier.

Au cours de la dernière décennie, cependant, l’existence de cette maladie a été plus largement acceptée par les médecins, et l’Institut national d’assurance d’Israël vient de terminer le processus de deux ans visant à la reconnaître comme un handicap.

« La raison pour laquelle il n’y a toujours pas de reconnaissance générale de la maladie est due au fait que de nombreux médecins dans le monde pensent qu’il s’agit d’un handicap mental », a déclaré l’institut dans un communiqué.

« L’Institut national d’assurance s’oppose à cette détermination, et à l’issue d’un examen professionnel mené par les médecins de l’institution, le Bureau juridique et la Division des pensions, il a été décidé qu’il y a lieu d’ajouter la fibromyalgie à la liste des conditions qui déterminent les allocations de sécurité sociale. »

Roni Rothler, directrice de la clinique des droits des personnes handicapées à l’université Bar Ilan, a déclaré au Times of Israel que les patients atteints de fibromyalgie « se sont battus jusqu’à présent pour la faire reconnaître par les autorités. Grâce à cette évolution, les personnes atteintes de fibromyalgie seront automatiquement reconnues pour bénéficier d’allocations d’invalidité, ce qui leur permettra de prendre bien mieux soin d’elles-mêmes », a-t-elle déclaré.

« Cette avancée est également importante car elle permet de reconnaître clairement que ce qu’elles ont est réel, car souvent les gens en doutent car les symptômes ne se voient pas dans les analyses de sang et les scanners. »

Alex Weinreb, expert en santé publique et directeur de recherche au centre de réflexion Taub Center, a déclaré que la reconnaissance de conditions peu comprises est importante pour éliminer les stigmates. « Il est bon de rendre publiques toutes sortes de conditions médicales, car lorsque ce n’est pas le cas, elles sont stigmatisées, ce qui n’est pas bon », a-t-il déclaré au Times of Israel.

Rothler estime que cette nouvelle reconnaissance est importante en termes de politique de genre, car les conditions qui affectent principalement les femmes sont connues pour être souvent à la traîne en termes de ressources par rapport aux conditions qui affectent fortement les hommes.

« Ce qui vient de se passer est une déclaration importante en matière de genre, car la fibromyalgie touche beaucoup plus de femmes que d’hommes », a-t-elle déclaré.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...