Rechercher

Italie : Des universitaires juifs lauréats du prestigieux prix Balzan

Cette année, trois Américains juifs figurent parmi les lauréats du prix pour leurs travaux dans les domaines de la philosophie morale, de la musicologie et de la biotechnologie

Martha Nussbaum, recevant un diplôme honorifique lors de la 371e Commencement Ceremony d’Harvard, le 26 mai 2022, à Cambridge. (Crédit : AP Photo/Mary Schwalm)
Martha Nussbaum, recevant un diplôme honorifique lors de la 371e Commencement Ceremony d’Harvard, le 26 mai 2022, à Cambridge. (Crédit : AP Photo/Mary Schwalm)

Le prix Balzan est un prix international dans les domaines des sciences, de la culture et de l’action humanitaire. Né en Italie, il a pour objectif « d’encourager partout dans le monde la culture, les sciences et les initiatives humanitaires les plus méritoires en faveur de la paix et de la fraternité entre les peuples », selon son site.

Cette année, trois Américains juifs figurent parmi les lauréats du prix pour leurs travaux dans les domaines de la philosophie morale, de la musicologie et de la biotechnologie. Les prix seront remis par le président italien Sergio Mattarella à Rome en novembre.

Martha Nussbaum, philosophe et chercheuse à l’Université de Chicago, a été récompensée pour « sa reconception transformatrice des objectifs de justice sociale, à la fois au niveau mondial et local », a indiqué la Fondation Balzan un communiqué.

Nussbaum a publié plus d’une vingtaine d’ouvrages et travaille principalement sur les émotions et le rôle qu’elles jouent dans les jugements moraux et politiques. La publication de son dernier ouvrage, Justice for Animals: Our Collective Responsibility, est prévue pour décembre.

Philip Bohlman, ethnomusicologue et professeur lui-aussi à l’Université de Chicago, a été récompensé pour son travail axé principalement sur la musique juive et européenne. Il a été félicité par la fondation en particulier pour son travail sur les « interstices entre musique et religion, et sur la musique juive dans la modernité » ainsi que pour son interprétation de la musique urbaine juive.

Directeur artistique de la New Budapest Orpheum Society, Bohlman présente, avec sa femme Christine Wilkie Bohlman, des œuvres chantées pour piano écrites pendant la Shoah.

Robert Langer, du Massachusetts Institute of Technology, a lui remporté le prix de biotechnologie. La Fondation a jugé que son travail sur les vaccins à ARN messager et l’ingénierie tissulaire faisait figure de pionnier, ouvrant la voie « à des percées dans la libération contrôlée de macromolécules avec de nombreuses applications médicales ».

Le prix principal a été partagé par Dorthe Dahl-Jensen, professeur danois de paléoclimatologie de l’Université de Copenhague, et Johannes Oerlemans, climatologue néerlandais de l’Université d’Utrecht, pour leurs travaux sur la glaciation et la dynamique des calottes glaciaires.

La fondation Balzan a salué leur travail conjoint sur la dynamique de la glaciation et des calottes glaciaires, qui a contribué à créer « des projections plus fiables du comportement des calottes glaciaires liées au changement du niveau de la mer ».

La Fondation Balzan décerne chaque année deux prix en sciences, et deux prix en sciences humaines. Les spécialités changent chaque année, permettant de mettre en évidence des domaines de recherche nouveaux ou émergents et de soutenir des domaines qui pourraient être négligés par ailleurs.

Les lauréats reçoivent 750 000 francs suisses, dont la moitié doit être utilisée pour la recherche.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...