Rechercher

J.M. Le Pen juge “très digne” l’absence de consigne de vote de Mélenchon

Le candidat de la France insoumise (19,6 %) a renvoyé à ses militants le choix de la conduite à tenir au second tour

Jean-Marie Le Pen, fondateur du Front national, lors d'un déjeuner à Marseille, le 5 septembre 2015. (Crédit : Boris Horvat/AFP)
Jean-Marie Le Pen, fondateur du Front national, lors d'un déjeuner à Marseille, le 5 septembre 2015. (Crédit : Boris Horvat/AFP)

Jean-Marie Le Pen, cofondateur du Front national, a jugé mardi « très digne » l’attitude de Jean-Luc Mélenchon, qui n’a pas donné de consignes de vote pour le deuxième tour de la présidentielle entre Emmanuel Macron et Marine Le Pen, après son élimination.

Mélenchon « est très correct. Ça me paraît très digne de la part d’un candidat qui a fait une percée remarquable et qui était, il faut le dire, sur le plan oratoire, le meilleur », a jugé Le Pen sur France Inter.

Dimanche soir, le candidat de la France insoumise (19,6 %) a renvoyé à ses militants le choix de la conduite à tenir au second tour, pourfendant les deux qualifiés qui « n’expriment aucune prise de conscience écologique […] et comptent s’en prendre une fois de plus aux acquis sociaux les plus élémentaires du pays. »

Par ailleurs, s’agissant d’Emmanuel Macron, « les socialistes ont eu un coup de génie. Ils ont compris qu’ils ne pouvaient pas se présenter, avec le bilan de M. Hollande, comme Parti socialiste, et ils ont imaginé cette espèce de personnage masqué, inconnu, autour duquel on a créé une espèce de légende, qui a été M. Macron », a analysé M. Le Pen.

Le cofondateur du parti d’extrême-droite a jugé « scandaleuse » l’ « ingérence » de François Hollande, qui a appelé lundi à voter pour Macron le 7 mai.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...