« J’ai très peur »: choc dans le monde musulman après la victoire de Trump
Rechercher

« J’ai très peur »: choc dans le monde musulman après la victoire de Trump

Les Musulmans craignent que la rhétorique anti-musulman de Trump nuise à la lutte contre l'extrémisme islamiste

Des milliers de musulmans indonésiens à la mosquée Istiqlal, la plus grande mosquée d'Asie du sud-est, à Jakarta, en Indonésie, le 31 août 2011. (Crédit : Gunawan Kartapranata, travail personnel, CC BY-SA 3.0, via WikiCommons)
Des milliers de musulmans indonésiens à la mosquée Istiqlal, la plus grande mosquée d'Asie du sud-est, à Jakarta, en Indonésie, le 31 août 2011. (Crédit : Gunawan Kartapranata, travail personnel, CC BY-SA 3.0, via WikiCommons)

« J’ai très peur. Va-t-il y avoir d’autres guerres ? L’Amérique va-t-elle attaquer les musulmans ? », s’interroge la militante indonésienne Alijah Diete après l’élection de Donald Trump à la présidence des Etats-Unis, des propos reflétant l’inquiétude dans le monde musulman.

Les musulmans d’Asie avaient du mal à accepter mercredi la victoire du populiste magnat de l’immobilier américain et sa rhétorique anti-islam. Il avait provoqué un tollé international en déclarant pendant la campagne électorale, en décembre dernier, vouloir interdire l’entrée des musulmans aux Etats-Unis après une fusillade en Californie.

« Les Américains viennent à nouveau de perturber le monde », estime Syed Tashfin Chowdhury, un Bangladais dont plusieurs amis vivent aux Etats-Unis. Des milliers de personnes au Bangladesh ont suivi avec stupeur la soirée électorale américaine à mesure que les résultats annonçaient une victoire du candidat républicain sur sa rivale démocrate Hillary Clinton.

En Indonésie, pays musulman le plus peuplé au monde, Alijah Diete est « extrêmement déçue. Je croyais que les Américains étaient censés être intelligents et matures. Comment est-ce possible que Donald Trump ait gagné ? », déclare cette femme de 47 ans à l’AFP.

Cette nouvelle est « absolument atroce et horrifiante », a renchéri un responsable du gouvernement pakistanais sous couvert d’anonymat, tandis que d’autres compatriotes de cette république islamique se plaignaient aussi du résultat de l’élection.

« Je suis déçu de voir gagner Donald Trump car Hillary Clinton est une femme bien. Elle est bien pour le Pakistan et les musulmans à travers le monde », a estimé Ishaq Khan, 32 ans.

« Elle parlait de la paix dans le monde, tandis que Trump parlait de lutte contre les musulmans », a ajouté cet homme sur un marché d’Islamabad.

La victoire de Trump a aussi provoqué une onde de choc en Indonésie, pays dont près de 90 % de la population est de confession musulmane.

« Je crains vraiment que les relations entre les Etats-Unis et les pays musulmans se tendent à nouveau », a ajouté Mme Diete.

« Trump va empêcher les musulmans d’entrer aux Etats-Unis », prédit pour sa part Nikken Suardini, employé dans une société d’avocats à Jakarta. « C’est tout simplement injuste », dit-il.

Les musulmans, « des étrangers pour lui »

Certains redoutent que des mesures anti-islam qui seraient prises par la future administration Trump puissent nuire à la lutte contre l’extrémisme islamiste à travers le monde.

« Quand les Etats-Unis ont recours à des mesures fortes, les extrémistes se renforcent », affirme Zuhairi Misrawi, universitaire islamique de l’organisation indonésienne modérée Nahdlatul Ulama.

« Les plus heureux de la victoire de Trump sont (les sympathisants de) l’EI », ajoute-t-il en référence au groupe Etat islamique, qui se bat actuellement pour conserver ses territoires en Syrie et en Irak face aux avancées de la coalition internationale.

Certains observateurs espèrent que la rhétorique anti-islam de Trump pendant la campagne n’aura été qu’une tactique électorale pour gagner des voix.

« Nous espérons que les remarques de Trump contre les musulmans ont seulement servi à doper sa campagne et qu’il réalisera que les musulmans représentent une grande partie de la population aux Etats-Unis », a déclaré un responsable religieux pakistanais, Tahir Ashrafi.

D’autres craignent en revanche que la politique de Trump, qui succédera à Barack Obama en janvier, nuise aux musulmans.

« Ses mesures contre les musulmans vont être discriminatoires », déclare un porte-parole du Front des défenseurs de l’islam (FPI), une organisation indonésienne à la ligne dure.

« Les musulmans sont des étrangers pour lui », conclut-il.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...