Israël en guerre - Jour 232

Rechercher

Jérusalem : Les vidéos de crachats soulignent une réalité troublante pour le clergé

Des vidéos circulant dans les médias israéliens montrent des jeunes haredim affichant leur mépris pour les symboles et les fidèles chrétiens ; selon les prêtres c'est quotidien

Lazar Berman est le correspondant diplomatique du Times of Israël

Un juif ultra-orthodoxe crachant en direction de deux religieuses catholiques à l'église de la Flagellation dans la Vieille Ville de Jérusalem. (Crédit : Capture d'écran de la Douzième chaîne)
Un juif ultra-orthodoxe crachant en direction de deux religieuses catholiques à l'église de la Flagellation dans la Vieille Ville de Jérusalem. (Crédit : Capture d'écran de la Douzième chaîne)

Une série de vidéos montrant de jeunes ultra-orthodoxes crachant sur des chrétiens dans la Vieille Ville de Jérusalem a fait le tour des réseaux sociaux israéliens, attirant l’attention sur un phénomène que le clergé chrétien dénonce depuis des années sans grand résultat.

Les vidéos, diffusées dimanche sur la Douzième chaîne, montrent des groupes de jeunes hommes dans la Vieille Ville, vêtus de costumes et de chapeaux noirs, certains portant ou ayant porté des châles de prière – ou talit. Dans une vidéo, alors que six garçons et jeunes hommes passent devant deux religieuses catholiques à l’église de la Flagellation sur la Via Dolorosa, l’un d’eux se retourne et crache en direction des religieuses.

Dans une autre vidéo, un jeune homme seul crache alors que des pèlerins remontent la Via Dolorosa en portant une croix de bois.

Une troisième vidéo montre trois jeunes haredim marchant près d’une église dans le quartier musulman. L’un des hommes, fumant une cigarette, crache sur la porte de l’église. Un Arabe qui les filme leur demande en hébreu s’ils ont honte de leurs actes, ce à quoi ils répondent fièrement qu’ils n’ont pas honte du tout.

Les porte-parole officiels d’Israël et les comptes des réseaux sociaux ne ménagent pas leurs efforts pour souligner la liberté de culte en Israël et pour présenter l’État juif comme le seul foyer sûr pour les chrétiens dans un Moyen-Orient hostile.

L’image d’une coexistence sûre dépeinte par les responsables israéliens est en contradiction flagrante avec les expériences décrites par les dirigeants chrétiens de Jérusalem eux-mêmes. Bien qu’ils reconnaissent volontiers qu’il n’y a pas d’effort organisé ou gouvernemental contre eux, le clergé chrétien de la Vieille Ville parle d’une atmosphère de harcèlement qui se détériore, de l’apathie des autorités et de la crainte croissante que les incidents de crachats et de vandalisme ne se transforment en violence contre leur personne.

Le clergé catholique de la Vieille Ville a déclaré au Times of Israel en mars que les crachats étaient quotidiens et que la police ne réagissait pas de manière adéquate.

Ils sont également alarmés par une augmentation des attaques plus effrontées au cours des derniers mois, y compris le vandalisme des cimetières et des sanctuaires clés à Jérusalem et à Tibériade.

Une statue renversée dans l’église de la Flagellation, dans la Vieille Ville de Jérusalem, le 2 février 203. (Crédit : Custody of the Holy Land)

Les Franciscains de la Vieille Ville sont tellement inquiets qu’ils verrouillent les portes de leur complexe San Salvatore la nuit depuis la profanation d’une statue de Jésus dans l’église de la Flagellation, en février, par un touriste juif américain souffrant de troubles mentaux. Ils n’ont jamais pris une telle mesure dans le passé, a fait remarquer le père Alberto Pari, directeur de l’Institut Magnificat.

« Nous considérons avec sévérité toutes les formes de violence », a déclaré la police dans un communiqué au début du mois, « et nous continuerons à agir contre les actes de violence en général, et plus particulièrement contre la violence dans les lieux saints, d’une main ferme sans compromis sur l’objectif de traduire les délinquants en justice ».

Fleur Hassan-Nahoum, adjointe au maire de Jérusalem, a pris la tête des tentatives visant à maîtriser la situation au niveau municipal.

L’adjointe au maire de Jérusalem et co-fondatrice du Conseil d’affaires EAU-Israël Fleur Hassan-Nahoum, au cours d’une interview donnée au palais al-Habtoor de Dubaï aux Émirats arabes unis, le 13 octobre 2020. (Crédit : Giuseppe Cacace/AFP)

« Nous sommes de plus en plus conscients de la situation », a déclaré Hassan-Nahoum au Times of Israel. « En tant que responsable du tourisme et des relations internationales, j’ai rassemblé toutes les parties prenantes pour trouver des solutions. »

Le Times of Israel a consulté le procès-verbal d’une réunion présidée par Hassan-Nahoum en décembre, au cours de laquelle les membres du conseil municipal, la police et les représentants des organisations de la Vieille Ville ont cherché à aborder les attaques.

Tammy Lavi, du Centre inter-culturel de Jérusalem, a déclaré au forum qu’au moins 50 % des processions arméniennes du vendredi sont interrompues par des crachats, des jurons ou des personnes qui traversent intentionnellement la cérémonie.

Les participants ont attribué une grande partie de la responsabilité aux « Zilberman », membres d’une communauté lituanienne ultra-orthodoxe de la Vieille Ville, forte de 300 familles, qui se distingue des autres communautés haredim par son approche unique de l’étude de la Torah, qui inclut des idées sionistes d’extrême-droite.

Lors de la réunion de la municipalité, le conseiller municipal de droite Yehonatan Yosef a accepté d’accompagner le maire adjoint et activiste Aryeh King pour discuter avec les rabbins de Zilberman afin d’empêcher leurs étudiants de harceler les touristes et les cérémonies chrétiennes, apparemment sans grand succès.

En savoir plus sur :
S'inscrire ou se connecter
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
Se connecter avec
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation
S'inscrire pour continuer
Se connecter avec
Se connecter pour continuer
S'inscrire ou se connecter
Se connecter avec
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un email à gal@rgbmedia.org.
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.
image
Inscrivez-vous gratuitement
et continuez votre lecture
L'inscription vous permet également de commenter les articles et nous aide à améliorer votre expérience. Cela ne prend que quelques secondes.
Déjà inscrit ? Entrez votre email pour vous connecter.
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
SE CONNECTER AVEC
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation. Une fois inscrit, vous recevrez gratuitement notre Une du Jour.
Register to continue
SE CONNECTER AVEC
Log in to continue
Connectez-vous ou inscrivez-vous
SE CONNECTER AVEC
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un e-mail à .
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.