Jérusalem: Netanyahu veut « sauver la liberté de culte » et continuer à construire
Rechercher

Jérusalem: Netanyahu veut « sauver la liberté de culte » et continuer à construire

Parlant lui aussi des émeutes qui secouent la ville sainte, Benny Gantz a déploré, de son côté, une aide de Facebook insuffisante s'agissant des incitations à la violence

Le Premier ministre Benjamin Netanyahu, à gauche, et le ministre de la Défense Benny Gantz. (Yonatan Sindel, David Cohen / Flash90)
Le Premier ministre Benjamin Netanyahu, à gauche, et le ministre de la Défense Benny Gantz. (Yonatan Sindel, David Cohen / Flash90)

Le Premier ministre Benjamin Netanyahu a évoqué dimanche les tensions récentes à Jérusalem au début de la réunion hebdomadaire de cabinet.

« Les pressions exercées en défaveur des constructions sont devenues plus fortes récemment. Nous allons également établir clairement aux yeux de nos meilleurs amis que Jérusalem est la capitale d’Israël et que nous continuerons à y construire », a-t-il asséné. « Nous sauvegarderons la liberté de culte à Jérusalem, mais nous n’autoriserons pas les émeutes ».

Benny Gantz, le ministre de la Défense, a également pris la parole au cours de cette réunion, promettant, comme Netanyahu, que l’État juif s’engagerait à maintenir la liberté de culte.

Gantz, qui est aussi ministre de la Justice, a indiqué que son ministère travaillait avec les responsables de la sécurité pour s’attaquer aux incitations à la violence sur les réseaux sociaux.

« Malheureusement, je peux dire que certaines firmes de réseaux sociaux, et particulièrement Facebook, ne coopèrent pas suffisamment sur tout ce qui est lié à la suppression des textes incitant à la violence sur leurs plateformes. J’espère que nous pourrons mettre en place une coopération plus large pour apaiser les tensions », a-t-il commenté, selon un communiqué de son bureau.

Des Palestiniens lancent des pierres contre les forces de sécurité israéliennes lors des affrontements dans la Vieille ville, le 8 mai 2021. (Crédit : EMMANUEL DUNAND / AFP)

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...