Jérusalem : un célèbre cycliste turc quitte son équipe israélienne
Rechercher

Jérusalem : un célèbre cycliste turc quitte son équipe israélienne

"J'ai décidé de quitter l'équipe pour ne pas inquiéter ma famille et mon pays. C'est une décision que j'ai pris seul. Cette décision était pour mon pays", a déclaré Ahmet Orken

Le cycliste turc Ahmet Orkan, en 2013. (Crédit : capture d'écran YouTube)
Le cycliste turc Ahmet Orkan, en 2013. (Crédit : capture d'écran YouTube)

L’un des plus célèbres coureurs cyclistes de Turquie a quitté son équipe israélienne en raison de la reconnaissance par les Etats-Unis de Jérusalem comme capitale d’Israël, une mesure – très fermement – dénoncée par Ankara.

Ahmet Orken, 24 ans, a trouvé lundi un accord avec l’équipe turque Salcano Sakarya Büyüksehir, quelques jours après avoir quitté l’équipe israélienne Israel Cycling Academy, a rapporté l’agence de presse Dogan.

« J’ai décidé de quitter l’équipe (israélienne) pour ne pas inquiéter ma famille et mon pays. C’est une décision que j’ai pris seul. Cette décision était pour mon pays », a déclaré le coureur, cité par Dogan.

La Turquie a fermement condamné la reconnaissance par le président américain Donald Trump de Jérusalem comme capitale d’Israël, le 6 décembre.

Le président turc Recep Tayyip Erdogan avait qualifié le 10 décembre Israël d’ « Etat terroriste » qui « tue des enfants », ajoutant qu’il lutterait « par tous les moyens » contre la reconnaissance par les Etats-Unis de Jérusalem comme capitale de l’Etat hébreu.

La Turquie et Israël ont normalisé leurs relations l’année dernière, après une grave crise diplomatique déclenchée par un raid israélien contre un navire d’une ONG turque se dirigeant vers la bande de Gaza en 2010.

Les deux parties ont intensifié leur coopération, notamment dans le domaine de l’énergie, mais M. Erdogan, un ardent défenseur de la cause palestinienne, continue de critiquer régulièrement la politique israélienne.

Orken avait signé en septembre dernier un contrat de deux ans avec l’Israel Cycling Academy, un engagement perçu alors comme un signe supplémentaire de la réconciliation turco-israélienne.

Son départ « nous brise le cœur à tous », a déclaré la semaine dernière le manager de l’équipe israélienne, Ran Margaliot, lors de l’annonce officielle de leur séparation.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...