Jérusalem : Un commandant de police mis en examen pour avoir frappé un ado
Rechercher

Jérusalem : Un commandant de police mis en examen pour avoir frappé un ado

L’officier a poussé et giflé le garçon de 12 ans "sans raison ni justification" lors d'une manifestation ultra-orthodoxe en octobre, selon l'acte d'accusation

Le commandant de police Shimon Marciano et le jeune garçon qu'il a poussé vers un mur lors d'une manifestation ultra-orthodoxe à Jérusalem, le 4 octobre 2020. (Capture d'écran : Twitter)
Le commandant de police Shimon Marciano et le jeune garçon qu'il a poussé vers un mur lors d'une manifestation ultra-orthodoxe à Jérusalem, le 4 octobre 2020. (Capture d'écran : Twitter)

Un haut responsable de la police fait face depuis ce jeudi à une accusation d’agression pour avoir frappé deux individus lors d’une manifestation ultra-orthodoxe à Jérusalem. Des images le montrent en train de bousculer et de frapper violemment un garçon et un autre manifestant filmant les coups.

Le policier a attrapé le jeune homme de 12 ans, l’a jeté au sol avec colère, l’a giflé, puis a poussé un autre individu qui filmait l’incident, ont montré des images vidéo tournées sur les lieux.

« Je n’ai rien fait », crie le garçon dans la vidéo, après avoir été jeté au sol par l’officier.

Selon l’acte d’accusation, qui a été soumis par le Département des enquêtes internes de la police, dépendant du ministère de la Justice, Shimon Marciano, commandant du poste de police Lev Habira à Jérusalem, a commandé le 4 octobre dernier une force de police afin d’assurer la sécurité d’une grande manifestation ultra-orthodoxe et d’empêcher des émeutes.

Selon l’acte d’accusation, la manifestation a tourné à la violence, avec des poubelles incendiées, des jets de pierres vers la police et des insultes.

Vers minuit, l’officier a couru vers un groupe de manifestants après qu’ils auraient jeté des pierres sur les forces de police. Parmi eux se trouvait le jeune garçon, qui a tenté de s’enfuir avec d’autres manifestants. L’officier a attrapé le garçon, l’a poussé au sol et, alors qu’il était à terre, l’a giflé « sans aucune raison ni justification », selon l’acte d’accusation.

Peu de temps après, alors qu’un autre policier retenait le garçon, Marciano a remarqué qu’un manifestant filmait l’incident.

L’acte d’accusation rapporte que « l’accusé a saisi le manifestant par la nuque et l’a poussé violemment au sol, vers les buissons à proximité ».

Le Département des enquêtes internes de la police a accusé l’officier supérieur de deux chefs de voies de fait.

L’acte d’accusation est émis alors qu’un nombre croissant de cas de violence policière ont été documentés récemment lors de manifestations dans tout le pays.

Lors d’une manifestation dimanche, des centaines de membres de la dite « Faction de Jérusalem », ultra-orthodoxe, ont bloqué la route 4 pour protester contre l’arrestation d’un étudiant de yeshiva qui ne s’était pas rendu dans un bureau de conscription pour organiser le report de son service obligatoire. La police a rapporté examiner une vidéo d’une femme officier frappant un homme ultra-orthodoxe à la tête lors de son arrestation, lors de la manifestation à Bnei Brak.

Des centaines de manifestants de droite ont également affronté la police samedi soir à Jérusalem après la mort d’un jeune résident d’implantation dans un accident de voiture alors qu’il tentait de fuir la police après avoir prétendument jeté des pierres sur des Palestiniens. Onze policiers ont été blessés et deux jeunes enfants ont été touchés par le jet d’un canon à eau de la police.

Une vidéo a montré un policier frappant un manifestant lors de l’évènement.

Marciano n’est pas le premier responsable policier à être inculpé pour voies de fait ces derniers mois. Un haut fonctionnaire de la police a été accusé d’agression en novembre dernier pour avoir frappé deux personnes lors d’une manifestation contre le Premier ministre Benjamin Netanyahu. Trois mois plus tôt, des images avaient été publiées, le montrant poussant et frappant des manifestants devant la résidence officielle du Premier ministre à Jérusalem.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...