Jordanie : troisième remaniement ministériel en moins d’un an
Rechercher

Jordanie : troisième remaniement ministériel en moins d’un an

Le roi Abdallah II a approuvé ce remaniement dans un décret royal, alors que le pays est en proie à d'importantes difficultés économiques

Le roi Abdallah II de Jordanie s'exprime lors du Forum économique mondial organisé en Jordanie, le 6 avril 2019. (Crédit : WEF via AP, Pool)
Le roi Abdallah II de Jordanie s'exprime lors du Forum économique mondial organisé en Jordanie, le 6 avril 2019. (Crédit : WEF via AP, Pool)

Le Premier ministre jordanien Omar al-Razzaz a procédé jeudi à son troisième remaniement gouvernemental en moins d’un an dans le royaume, en proie à d’importantes difficultés économiques.

Les nouveaux ministres ont prêté serment, selon un communiqué officiel. Le roi Abdallah II a approuvé ce remaniement dans un décret royal.

Salama Hammad a été nommé ministre de l’Intérieur en remplacement de Samir Moubaidine, après avoir déjà occupé ce portefeuille de 2015 à 2017.

Mohamad al-Issis, ancien conseiller auprès du roi chargé des Affaires économiques, devient le nouveau ministre du Plan et la coopération internationale et ministre d’Etat chargé des Affaires économiques.

Nidal Bataineh est nommé ministre du Travail et Saad Jaber ministre de la Santé.

Sami Daoud devient ministre d’Etat chargé des Affaires du Premier ministre et Yassira Ghochech ministre d’Etat chargé du Développement de performance institutionnelle.

Deux ministères changent de nom. Celui des Technologies et de l’Information s’appelle désormais ministère de l’Economie numérique et du leadership, qui reste aux mains de Mouthanna Gharaybeh.

Le ministère de l’Administration locale remplace celui du Transport et des Affaires municipales, toujours dirigé par Walid al-Masri.

Il s’agit du troisième remaniement ministériel effectué par M. Razzaz depuis la formation de son premier gouvernement, en juin 2018.

Le premier était intervenu en octobre puis le deuxième en janvier après la démission de deux ministres à la suite d’un accident meurtrier d’un bus scolaire.

Petit pays de 10 millions d’habitants, la Jordanie connaît d’importantes difficultés économiques avec un taux de chômage de 18,5 % et une dette de plus de 90 % de son PIB, alors que l’accueil massif de réfugiés pèse sur ses finances.

Amman estime avoir accueilli environ 1,3 million de réfugiés de la Syrie voisine depuis le début en mars 2011 du conflit syrien, et dit avoir dépensé plus de 10 milliards de dollars (8,8 milliards d’euros) à cet effet.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...